Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

jeudi 7 avril 2011

Before Sunset - Richard Linklater (2005)


Neuf ans auparavant, Jesse et Céline se sont rencontrés par hasard à Vienne, et ont passé une nuit ensemble dans les rues désertes de la ville. En se séparant, quatorze heures plus tard, ils s'étaient promis de se revoir six mois après. Aujourd'hui, il se retrouvent à Paris alors que Jesse est venu présenter son nouveau roman. Ils passent l'après-midi ensemble dans des cafés, des parcs et sur les quais de la Seine, retrouvant instantanément leur ancienne complicité. Comme lors de leur première rencontre, ils ont énormément de choses à se raconter...

A l'occasion du tournage de l'expérimental Waking Life (2001) qui réunissait à nouveau Ethan Hawke et Julie Delpy, Richard Linklater eut l'idée avec les deux acteurs de donner une suite à leur chef d'oeuvre déjà vieux de dix ans Before Sunrise. Si le film avait fait une carrière commerciale relativement confidentielle, il avait durablement marqué tout ceux qui l'avaient vus et acquis au fil des ans un statut culte. L'idée était donc de reprendre le principe du premier film en narrant à nouveau une romance en temps réel et en dépeignant de manière spontanée et naturelle cet éveil du sentiment amoureux. Before Sunset verra une implication plus forte du duo vedette puisque Delpy et Hawke co écrivent cette fois le script avec Linklater, les échanges entre eux se nourissant désormais plus fortement de leur vécu (ce qui plus légèrement le cas dans Before Sunrise notamment lorsque Delpy évoque ces parents soixante-huitard).

La grande interrogation qui nourrissait la conclusion de Before Sunrise (vont-ils se retrouver ?) trouvent en partie son explication dès l'ouverture où on retrouve Jesse (Ethan Hawke). Celui-ci a écrit un livre sur la fameuse nuit passée neuf ans plus tôt et se trouve en pleine promotion dans une petite librairie parisienne. Comme dans un enchantement apparaît alors Céline venu à sa rencontre. Le rendez-vous fixé à l'époque fut manquée pour des raisons que nous découvrirons mais en attendant, ils viennent de se retrouver et avant que Jesse reprenne son avion, la discussion peut reprendre là où ils l'avaient laissés dans un Paris ensoleillé.

Le sentiment de narration en temps réel était plus diffus que manifeste dans Before Sunrise vu la durée du périple (toute une nuit) à retranscrire. Before Sunset s'astreint lui réellement a cette contrainte puisque la durée resserrée du film (1h17 à peine) correspond réellement au rythme de la ballade des héros sans la moindre astuce narrative (ellipse, changement de décor) ou de montage hormis quelques plan de coupe. Linklater reprend donc le principe de mise en scène effacée et fluide du premier film, tout en long plans séquences (bien plus étirés et virtuoses cette fois) accompagnant la marche du couple. Pour qui enchaînera dans la foulée les deux films, le plaisir est d'autant plus appréciable que le réalisateur fait le lien visuels entre eux de manières affichées lors des courts inserts de scènes de Before Sunrise au début et surtout en réutilisant certains motifs communs. Before Sunrise se concluait ainsi sur divers plans fixes montrant les lieux désormais déserts visités tout au long du film par les héros. Before Sunset use de la même idée de manière inversée dans son générique d'ouverture avec les même plans fixes cette fois sur les lieux qui seront traversés plus tard tout au long du récit.

Before Sunrise était une merveille de romantisme spontané, innocent et juvénile. Dix ans plus tard, les personnages ont vécus, fait d'autres rencontre et souffert, on passe de post adolescent à des trentenaires endurcis. Le ton du film s'en ressent et les personnages se livrent moins directement. La discussion part donc du plus commun à travers la situation personnelle de chacun, teinté d'un détachement et d'une distance amusée sur l'idéalisation de cette nuit passée ensemble des années plus tôt. Pourtant l'alchimie entre eux est toujours là et au fil de l'après midi et de l'urgence d'une nouvelle séparation, les sentiments intacts vont de nouveaux effleurer. Les échanges analysent avec une belle justesse les comportements que leur première rencontre et surtout les retrouvailles manquées ont provoquées en eux. Jesse s'est réfugié dans les responsabilités d'un adulte à travers un mariage malheureux tandis que Céline affiche désormais une distance constante dans ses relations avec les hommes.

Ils ont tout deux bien compris qu'ils s'étaient ouvert comme jamais depuis et ont réalisés qu'il ne retrouveraient plus jamais cette connexion avec un autre. Un forte teinte de spleen et de regret s'imprègnent donc progressivement au film tandis qu'ils réalisent ce qu'ils ont perdus. La retenue affichée jusque là s'estompe totalement alors le temps d'une bouleversante scène en voiture où chacun craque complètement en exprimant combien son existence est malheureuse.

Plus mélancolique, Before Sunset n'en est pas moins enlevé et gracieux grâce à la complicité magique et intacte entre Ethan Hawke et Julie Delpy. Toujours aussi écorché vif, Hawke exprime vraiment dans son allure le sentiment d'inachevé de Before Sunrise avec une angoisse qui se mêle au bonheur de retrouver Céline. Julie Delpy plus piquante et en retrait est absolument étincelante dans sa mise à nu progressive et émeut lorsqu'elle exprime enfin sa détresse. Preuve de son investissement, la bande son comporte d'ailleurs plusieurs chansons de son très bel album sorti avant le tournage et offre le plus beau moment du film lorsqu'elle interprète son A Waltz For A Night pour Jesse le temps d'une scène magique. On signalera aussi l'apparition de ses parents lors du final et l'immeuble et l'appartement de Céline seront réutilisés pour son propre film Two days in Paris quelques années plus tard.

Une nouvelle fois Linklater réalise un petit miracle sur le simple principe de deux personnages qui marchent et discutent et inscrit ainsi son diptyque parmi les plus beaux films romantiques jamais réalisés. La fin ouverte ravit par son intimisme caressant et laisse une nouvelle fois le choix à chacun sur les possibilités futures. Avant un 3e film ? Si c'est aussi touchant on en redemande...

Sorti en dvd zone 2 français chez Warner

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire