Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

mardi 20 septembre 2011

Mademoiselle et son bébé - Bachelor Mother, Garson Kanin (1939)


Une jeune femme, vendeuse dans un grand magasin (Ginger Rogers), est prise pour la mère d'un bébé abandonné. Un concours de circonstances et l'intervention du fils du directeur du magasin (David Niven) l'obligent à le garder. La suite des événements va rapprocher ces deux personnages.

Une jolie comédie qui contribua à lancer et relancer la carrière de de ses différents participant. Pour Ginger Rogers dont le duo avec Fred Astaire illumina les comédies musicales RKO durant toute la décennie, c'est l'occasion (même elle s'y essaya plus d'une fois notamment Pension d'artistes où elle est néanmoins entourée d'autres vedettes ou encore Mariage Incognito) de s'affirmer dans un premier rôle sans son célèbre partenaire de piste. David Niven encore jusque-là second rôle y gagne ses galons de vedette et le succès du film lancera définitivement la carrière de Garson Kanin à la RKO pour ce qui est sa première réalisation.

Chacun a déjà été témoin du phénomène, lorsqu'un bébé se trouve dans une pièce, c'est un objet d'attraction irrésistible qui suscite regard attendri et facilite immédiatement le dialogue et la sollicitude entre l'heureuse maman et ceux qui l'entoure. Dans Mademoiselle et son bébé il faut imaginer la chose étendu à une intrigue entière. Ginger Rogers est donc ici une modeste vendeuse dont l'emploi va prendre fin à l'issue des fêtes de fin d'année. Solitaire et sans famille, les perspectives d'avenir ne s'avèrent guère fameuses au vu de ses ressources précaires. Tout change lorsque voulant protéger un bébé abandonné par une inconnue devant un orphelinat, elle est prise pour la mère. Dès lors à son corps défendant tout se met à lui sourire et elle devient l'objet de toutes les attentions, retrouvant son job et attirant sur elle le regard du directeur du magasin (David Niven).

L'intrigue est ainsi un joli cheminement de notre héroïne peu à peu gagnée par l'instinct maternel et dont la déprime se dissipe face aux attentions que réclame le nourrisson (sacrément bien casté d'ailleurs une bonne bouille souriante et expressive). Quand à David Niven, le jeune héritier oisif qu'il est va découvrir l'amour et sans doute apprendre le sens des responsabilités.

Epatante Ginger Rogers tour à tour fragile dans sa solitude ou génialement gouailleuse (dont une remarque irrésistible sur les épaules d'une rivales) elle porte le film à bout de bras et forme un beau couple avec un David Niven tout aussi à l'aise en "papa" potentiel dépassé. La mise en scène de Kanin n'est guère inventive pour ce premier essai mais il fait preuve d'un talent certain pour le rythme comique (dont une scène où Ginger Rogers retrouve la piste de danse) et manie à merveille le timing des multiples quiproquos qui vont se présenter, captant toujours parfaitement les moues et les mimiques irrésistibles de Ginger Rogers. Il fera mieux dès le suivant Mon épouse favorite mais cette agréable comédie offre un premier essai sympathique.

Sorti en dvd zone 2 aux chez Montparnasse dans la collection RKO


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire