Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

jeudi 29 septembre 2011

Sept fois femme - Woman Times Seven, Vittorio De Sica (1967)



Sept fois femme est prétexte à une suite de sept sketches illustrant sept aspects de la femme : romantique, réaliste, impudique, volage, jalouse, capricieuse, amoureuse. Le film est surtout une ode au charme et au talent de Shirley MacLaine qui interprète chacune des sept facettes de la femme de chacun des sketches.

L'humour italien dévastateur et la patte de De Sica sont par moments un peu noyés sous le poids de la production internationale (casting hétéroclite où Vittorio Gassman côtoie Philippe Noiret et Michael Caine, tournage à Paris en langue anglaise...) dans quelques sketchs un peu poussif : Paulette (chaque sketch porte le nom de l'héroïne) où une jeune veuve cède aux avances d'un prétendant en plein enterrement par appât du gain, Maria Teresa où une femme trompée décide de se venger en cédant au premier venu, et Eve où Shirley MacLaine campe une mégère hystérique qui va tout faire pour empêcher une rivale de venir à l'Opéra avec la même robe qu'elle. De bonnes idées mais pas poussée assez loin (Maria Teresa pas loin de céder à la prostitution) et des histoires qui trainent en longueur.

A côté de ça quatre grandes réussites :

Linda
Shirley MacLaine campe une jeune femme cédant au plaisir de l'esprit uniquement et qui va rendre fous deux prétendant qu'elle a invitées chez elle. Le sketch le plus fou et osé du film avec Shirley MacLaine nue la plupart du temps et qui se termine en partie à trois. Des instants hautement folkloriques avec les deux hommes virant limite hystérique sous le charme provoquant de Linda et une ambiance psyché pop des plus agréables.


Edith
Une femme au foyer est délaissée par son mari écrivain qui fantasme sur ses créations littéraires de femmes libérées et excentrique. Mais quand elle se met à adopter le même genre de comportement pour plaire à son mari elle passe pour folle. Très belle prestation de Shirley MacLaine vraiment pathétique et touchante et la conclusion est vraiment belle.

Marie
Un couple adultère désespéré décide de se suicider ensemble par amour dans une chambre d'hôtel. Superbe huis clos où on passe du gros comique avec les messages enregistrés, la difficile organisation du suicide (qui tire sur qui en premier, ou alors des pilules ?) à une chute des plus triste et réussie, Shirley MacLaine est une nouvelle fois exceptionnelle.



Jean
Une jeune femme est suivie toute une après-midi par un homme (Michael Caine)) et va se livrer à un cache-cache des plus romantique avec lui. Le meilleur sketch du film, un charme fou tout du long grâce à une Shirley MacLaine mutine et espiègle et un Michael Caine timide et mystérieux tandis que le Paris retro 60's offre un cadre idéal au récit. Puis vient une conclusion des plus cyniques qui nous ramène brutalement sur terre.


Inégal mais dans l'ensemble très réussi et plaisant.

Sorti en dvd zone 2 français chez Fox
Dernier sketch en entier sur youtube extrait

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire