Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

lundi 13 août 2012

Le Sexe Fou - Sessomatto, Dino Risi (1973)


La sexualité débridée et libérée des 70's donnait l'occasion à Dino Risi de s'en donner à cœur joie dans la provocation avec ce savoureux film à sketches. Il avait déjà exploité ce filon sexuel dans un précédent film à sketches Une poule, un train... et quelques monstres avec un Nino Manfredi endossant tous les personnages principaux. Cette fois Risi ouvre la voie à la génération montante des stars comiques italiennes avec une Laura Antonelli popularisée par les comédies sexy (Malicia, Ma femme est un violon) et Giancarlo Giannini célèbre grâce à ses collaboration avec Lina Wertmüller. Tous deux seront des huit sketches où Risi par son regard féroce analyse toutes les pratiques, perversions et mœurs sexuelles étranges de ses congénères tapant sans distinction sur tous les milieux et classes sociales. Si Giancarlo Giannini représente toute la faiblesse et les instincts animaux de l'homme, Laura Antonelli sera elle l'objet et/ou le jouet de ses travers par son charme dévastateur.

Comme souvent dans le genre c'est inégal mais vraiment de bonne tenue dans l'ensemble.

Madame, il est huit heures !

Démarrage sur les chapeaux de roue avec ce sketch où Giancarlo Giannini majordome est malmené par l'aussi tyrannique que sexy patronne campée par Laura Antonelli. Celle-ci absolument glaciale et hautaine multiplie involontairement (?) les situations équivoques qui mettent la libido de son subalterne à rude épreuve : sortie de piscine à moitié nue, endormie au petit matin en pleine posture provocante... Giancarlo Giannini est hilarant et débordant de désir, excellente entrée en matière.

Deux cœurs et une bicoque

Deux époux vivant dans une misérable bicoque à l'orée de la ville avec une marmaille fort nombreuses ne cessent de se soupçonner tromperie et se battre avant de se réconcilier fort peu discrètement la nuit venue sous les oreilles de leurs enfants. Pas le plus intéressant du film, une sorte de pré Affreux, sales et méchants en moins intéressant Antonelli et Giannini n'étant pas très crédible dans ce registre populaire dégénéré et excessif.

Il n'est jamais trop tard

Giancarlo Giannini est marié à une épouse sculpturale mais souffre d'une terrible perversion : les femmes ne l'excite que passé le troisième âge... Sketch très drôle où notre obsédé va harceler une malheureuse grand-mère de ses avances. Elle finira par céder mais on va découvrir que son objectif est encore plus fou...


Lune de miel

Un couple de jeunes mariés ne parvient pas à conclure, l'homme perdant tous ses moyens face à la libido affolante de son épouse. Le mâle italien en prend pour son grade dans ce segment tordant, Giancarlo Gianni multipliant les attitudes et postures machistes envers son épouse avant de se retrouver totalement démuni dans l'intimité du lit conjugal. Laura Antonelli fausse oie blanche va donc prendre les choses en main pour découvrir le mal dont souffre son mari dans une conclusion mouvementée, dira t on...


Travailleurs italiens à l'étranger

Le sketch le plus absurde du film. Installé en Allemagne un italien travaille à l'hôpital de la ville. Pas comme médecin comme on le penserai au départ mais comme... donneur de sperme ! Cette matinée de travail va s'avérer particulièrement prolifique puisqu'il va fournir son tribut en pensant à la plantureuse infirmière/sœur jouée par Laura Antonelli.

Allemagne peuplée de blonds platines "aryens" jusqu'au bout des ongles, une langue allemande plus proche du charabia qu'autre chose (avec quelques fous rires garantis dans l'exagération des intonations) et le summum avec une scène de fantasme extravagante où Laura Antonelli tombe la soutane de la plus affolante des manières, grandioses.

La virilité du mâle italien est autant vantée (la quantité de la contribution est impressionnante) que raillée, comme si elle était leur seule qualité nationale exportable.


La Vendetta

Une veuve se venge de du richissime assassin de son mari en l'épousant et l'épuisant au lit jusqu'à ce que mort s'ensuive. Prévisible et pas très intéressant si ce n'est Laura Antonelli qui porte fort bien l'habit de veuve.

Un amour difficile

Un jeune homme originaire des pouilles décide de s'installer à Milan pour y faire son chemin, comptant sur l'aide de son frère qui y séjourne déjà. Celui-ci ayant disparu, il trouve l'amour avec un transsexuel pour une passion surprenante. Le sketch le plus original du film qui rappelle beaucoup le très joli segment Ornella dans Une poule, un train... et quelques monstres.

Giancarlo Giannini amuse et émeut dans son ignorance de campagnard à la recherche de l'amour et Alberto Lionello évite la caricature avec une prestation étonnamment touchante en transsexuel. On attendait une grosse farce et le ton s'avère réellement sensible dans le traitement de cette relation. La chute logique, scabreuse et touchante fait son petit effet.

L'invité

Gros vaudeville pour ce dernier sketch où la femme d'un industriel séduit l'invité de son époux qui ne se rend compte de rien. Laura Antonelli est déchaînée dans un grand numéro provocant sous la distinction Giancarlo Giannini (au look de binoclard pervers hilarant) malgré ses efforts virant à la cocotte-minute prête à exploser lors du final.

Un bon cru donc avec au moins deux sketches d'anthologie (Travailleur italien à l'tranger et Un amour difficile).

Sorti en dvd zone 2 français chez SNC/M6 Vidéo

Extrait

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire