Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

jeudi 13 septembre 2012

Il Giovedi - Dino Risi (1963)


Dino, la quarantaine, qui vit séparé de son épouse depuis de longues années, profite d’un jeudi passé en compagnie de son jeune fils de 8 ans, Robertino, pour tenter de gagner son affection et retrouver son estime…

Coincé entre des titres majeur de la filmographie d'un Dino Risi au sommet de son art (Une vie difficile, Les Monstres, Le Fanfaron sortent un peu avant ou après) Il Giovedi est considéré à tort comme un opus mineur du réalisateur. Son échec commercial aura amoindri sa portée face au succès en cours de Risi et surtout son ton intimiste et tendre, loin de la férocité et du cynisme habituel de l'auteur en fait un film assez différent et déroutant. Risi ne s'y trompait d'ailleurs pas, plaçant Il Giovedi parmi ses réalisations favorites.

On suit ici la rencontre d'une journée entre Dino (Walter Chiari), quarantenaire raté et sans le sous avec Robertino son jeune fils de 8 ans dont il ne s'est jamais occupé. Un fossé semble séparer le père gouailleur, exubérant et affabulateur et le fils réservé, bien élevé et au tempérament déjà très mature. Le récit va tâcher de les rapprocher en faisant tomber progressivement les masques au fil de cette journée et faire naître l'affection entre eux.

Dino Risi (sur un scénario de Castellano et Pipolo) signe un récit tout en retenue, sans vrai pic dramatique ni rebondissement où l'émotion naîtra d'évènements mineurs qui permettent au père et fils de se découvrir au fil de cette journée. L'acuité du regard de Risi fait merveille pour saisir le caractère de chacun en quelques poignées de scène. L'introduction où l'on découvre un Dino endetté, entretenu et mythomane suffisent à nous expliquer sa situation et la distance avec Robertino élevé dans un milieu guindé et nanti se dévoile dès la première rencontre où les manières froide du garçonnet s'opposent à l'affection forcée de son père.

Les premiers pas communs sont donc forts parlant avec un Dino cherchant à épater Robertino par ses mensonges où il se voit trop beau (héros de guerre, chef d'entreprise) tandis que le gamin acquiesce froidement et griffonne ses observations dans le petit journal intime qu'il tient déjà. L'ironie légendaire de Risi est bien présente mais perd de sa pure méchanceté pour se faire attachante dans le regard moqueur et tendre de ce père maladroit magnifiquement interprété par Walter Chiari. De même son côté scrutateur cruel des travers de ces concitoyens adopte cette fois le regard amusé et pas dupe du petit garçon qui de circonspect face à son géniteur bavard s'en amuse puis s'y attache peu à peu.

Le naturel du jeune Roberto Ciccolini (pour son seul rôle cinéma) à la bouille craquante y est pour beaucoup, Risi capturant par une alternance de plan alterné ses sourires en coin, ses airs renfrognés et regards aimant ses réactions face aux les gesticulations de son géniteur. Le principe est posé dès le début lors des séquences en voiture où les deux se jaugent, plus tard ce sera pour montrer leur complicité naissante et plus le film avance pour ce motif tendra à disparaitre, Dino et Robertino enfin binôme se partageant la présence dans le plan le temps de jeu, course poursuite et blague diverse. La séquence dans le champ où ils ferment les yeux en imaginant leurs précédentes incarnations et les montrant en plan large dans ce grand espace expriment bien cela quand on contraire à la fin ils seront à nouveau séparés dans le cadre quand Robertino assistera du haut des escaliers à l'humiliation de son père par un créancier.

Les micros drames ne sont pas absents de cette journée qui va confronter Dino à ses contradictions par son refus d'un emploi stable, l'échec de toutes ses combines et le dépit de sa compagne (charmante Michelle Mercier) exaspérée de cette immaturité. Sans forcer le trait et au fil de pérégrinations dans la langueur de cette Rome estivale, on assiste par des faits anodins à la prise de conscience de Dino qui de désinvolte et faux se transforme en vrai père sincère et joueur. Le regard quasi chirurgical de Risi présent dans ses plus grosses farces prend un tour plus retenu, la caricature dans la description des travers humain devenant ici une peinture ordinaire d'un homme maladroit, bardé de défauts mais très touchant.

L'outrance laisse place à un déroulement et des situations inscrites dans le quotidien où l'humour plus léger et chaleureux que méchant naît des interactions entre le père et le fils. Pas de message (même si l'épanouissement de Robertino face à la décontraction populaire de son père opposée aux règles diverses de son cadre aristocrate est plusieurs fois soulignée) mais seulement un joli moment passé avec deux être qui se découvrent.

La fin est très belle avec une nouvelle fois Risi échappant à l'écueil mélodramatique pour nous cueillir magnifiquement à travers la réaction simple et spontanée de Robertino au moment de quitter son père, celui-ci qui s'attarde pour l'observer à distance et leur lien s'exprimant par un simple sifflement de connivence. En forçant moins le trait, Dino Risi réalise sans doute son film le plus ouvertement chaleureux, plus même que Le Fanfaron.

Sorti en dvd zone 2 français chez SNC/M6 Vidéo

2 commentaires:

  1. Joli film méconnu de Risi, version plutôt tendre.

    RépondreSupprimer
  2. je viens de le visionner hier. joli petit film effet, Le personnage du père annonce le Fanfaron et son intarissable bavardage est parfois un peu lassant. Le gamin est formidable et attachant.La mise en scène discrète, pudique et retenue sait être mordante et sobre, dans la description du monde bourgeois de la Mère de Robertino, d'une froideur glaçante. Une belle découverte.

    RépondreSupprimer