Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

mardi 2 octobre 2012

The Lost Bladesman - Guan Yun Chang, Alan Mak et Felix Chong (2011)


Dernières années de la dynastie Han. Afin d’unifier le pays, le général Cao Cao, véritable détenteur du pouvoir derrière l’Empereur, décide d’enrôler le plus fort des guerriers, Guan Yu. Mais ce dernier est un loyal ami de l’ennemi juré de Cao Cao : le chef militaire Liu Bei. Afin de forcer Guan Yu à le rejoindre, Cao Cao projette d’enlever Qi Lan, la concubine de Liu Bei, dont Guan Yu est secrètement amoureux. Après avoir mené les forces de Cao Cao vers la victoire, Guan Yu retrouve Qi Lan. Mais Cao Cao considère désormais Guan Yu comme une menace et envoie ses troupes pour l’anéantir.


Doucement mais sûrement Donnie Yen sera parvenu ces dix dernières années à gagner ses galons de star au sein du cinéma de Hong Kong. Pendant longtemps cantonné à des seconds rôles de luxe (ou des premiers rôles dans des productions moins ambitieuse) voit son statut changer avec le phénomène SPL (2005) que suivent les succès Dragon Tiger Gate (2006), Flashpoint (2007) ou le diptyque Ip Man (2008 et 2010). Cette notoriété semble également enfin s’étendre à l’Occident, en France notamment puisque à défaut de sortie en salle (les Ip Man l’auraient pourtant mérité…) ces dernières productions nous parviennent de plus en plus vite en dvd, The Lost Bladesman étant même le troisième Donnie Yen édité lors de sa parution en 2011.

 Cependant les films précités, malgré leurs qualités, symbolisent malheureusement un peu ce que Donnie Yen n’a jamais cessé d’être : un second couteau. L’homme aspire à une reconnaissance semblable à Jet Li ou Jackie Chan. Pour l’instant, il n’a pas réussi à définir un style suffisamment personnel comme le second (si ce n’est sur des aspects superficiels comme ce narcissisme un peu trop voyant) et, dépourvu  du charisme du premier,  il n’est guère sollicité par les grands réalisateurs de la péninsule (hormis Seven Swords de Tsui Hark ou Kingdom of War d’un Ching Siu Tung sur la pente descendante) sur leurs projets les plus ambitieux. L’homme n’est plus tout jeune malgré son allure élancée (48 ans déjà) et est bien conscient qu’il devra étendre son registre quand viendra le temps où sa forme physique déclinera.

C’est donc tout le but de ce The Lost Bladesman, grande fresque martiale et historique, qui, avec le récent La 14e Lame tente d’imposer une image plus mature et « sérieuse » de Donnie Yen (ce que n’ont pas totalement réussi les Ip Man). Le film se penche donc sur les débuts du Général Guan Yu, une des figures emblématiques de la complexe période des Trois Royaumes à la fin de la Dynastie Han. L’ambition est là, avec des thèmes passionnants mêlant intrigues de palais, amitiés ébranlées, passions contenues et batailles dantesques. Le statut de Guan Yu constitue le principal intérêt du film. 

Il trouve chez l’ennemi dont il est prisonnier, Cao Cao (Jiang Wen débordant de charisme), une forme de quiétude et d’idéal de vie qu’il devine être ce à quoi aspire désormais le pays. Mais la fidélité à son camp et son amour secret  pour Quilan (Betty Sun) le contraignent à bafouer ses principes. Le pragmatisme de Cao Cao et la sagesse de Guan Yu se heurtent ainsi au fanatisme de leurs camp respectif, faisant des deux hommes des ennemis malgré le respect voire l’amitié qu’on devine les lier.

Le fond est plutôt captivant mais on ne peut en dire autant de la forme. La mise en scène d’Alan Mak et Félix Chong ne tire guère le projet vers le haut. Les flashbacks en lumière diaphane hideuse tirent vers le roman-photo, malgré les moyens, les batailles sont sans idées et on ne trouve rien ici qui détache le film du tout venant de la grosse production épique locale. Rien de l’ambiance boueuse des Seigneurs de la guerre de Peter Chan ou de la virtuosité des Trois Royaumes de John Woo, mais une sorte de fadeur où le film se laisse regarder mais ne captive jamais vraiment. Les enjeux complexes précédemment dépeint se noient dans un rythme poussif et répétitif.

 Heureusement tout cela est compensé par quelques séquences d’actions de hautes volées. Le mano à mano long d’une muraille est très efficace et surtout on retiendra ce moment où Donnie Yen sème le chaos hors champ dans une forteresse ennemie où seul nous parviennent les bruits du combat derrière une porte. C’est un peu le seul vrai moment inventif du film mais il vaut le détour. Quant à Donnie Yen, malgré des efforts certains, ce n’est pas encore cette fois qu’il convaincra dans une performance dramatique. La profondeur et le déchirement de Guan Yu s’expriment plus par le script que sa prestation limitée. Au final, un produit de série efficace mais sans génie dont il ne faudra  pas attendre monts et merveille mais qui fait passer un bon moment aux amateurs.

Sorti en dvd zone 2 français chez Seven 7

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire