Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

dimanche 27 octobre 2013

L'Aventurier du Texas - Buchanan Rides Alone, Budd Boetticher (1958)


Dans une petite ville de Californie, un jeune Mexicain est confronté à une puissante famille de la région. Un aventurier de passage décide de l'aider.

Bud Boetticher signe une nouvelle grande réussite de son cycle Ranown et sûrement une des plus efficaces. Le scénario de Charles Lang transcende le schéma classique de l'étranger arrivant en ville seul contre tous grâce à une narration habile et des personnages mémorables. Randolph Scott reste dans son registre du brave type à qui il ne faut trop marcher sur les pieds, dégageant comme souvent la sympathie immédiate. 

En l'absence de personnage féminin fort (cela manque un peu d'ailleurs la petite romance platonique touchante que l’on retrouve dans chacun des autres opus) Scott se fait d'ailleurs pratiquement voler la vedette par une excellente galerie de méchant. 

La ville située à la frontière mexicaine est tenue par la fratrie Angry, tous étant plus infâme les uns que les autres dans des registres divers. Barry Kelley est l'archétype du shérif corrompu au lynchage facile envers les étrangers dont il peut vider les poches,  Tol Avery est quant à lui le juge cupide de la ville, plus préoccupé par l'appât du gain et maintenir son poste, au point de négocier la rançon de l'assassin de son fils dont la perte l'aura vaguement troublé l'espace de minutes. 

Pour couronner le tableau le petit frère Amos qui navigue de l'un à l'autre, véritable fouine à l'affut de la moindre information. Randolph Scott doit donc se démener avec ce beau monde pour sauver un jeune Mexicain étant leur proie et également récupérer l'argent qui lui a été volé. 

L'histoire est riche en rebondissement et avance tambour battant, même si Boetticher transcende moins ici l'unité de temps et de lieu et que les situations sont moins surprenantes que dans un Decision at Sundown (1957) par exemple. Reste quelques superbes scène comme lorsque Scott sur le point d'être abattu manœuvre astucieusement pour en appeler aux sentiments d'un des hommes de mains, Texan comme lui (et joué par un tout jeune LQ Jones). L'enchaînement de péripéties final où les protagonistes se disputent une sacoche de 50 00 dollars est assez mémorable par contre, avec sa rafale de trahison et de tuerie en série.  Pas le meilleur film du cycle, mais rondement mené. 

Sorti en dvd zone 2 français chez Sidonis ou en zone 1 dans le coffret consacré à Budd Boetticher et doté de sous-titres français

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire