Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

jeudi 31 juillet 2014

Le Sens du Devoir - Royal Warriors ou Wong ga jin si, David Chung (1986)

De retour de vacances, l'inspecteur Michelle Yip parvient à empêcher un détournement d'avion par deux criminels Hong-kongais. Elle est aidée par un ancien policier japonais et un agent de sécurité. Arrivés à Hong-Kong, les trois héros sont fêtés comme il se doit, mais deux amis des terroristes décédés veulent les venger coûte que coûte.

Avec son mémorable Police Story (1985), Jackie Chan avait réussi un détonant mélange entre polar d’action survolté, arts martiaux et comédie. Le film modernisait le film de kung fu en l’inscrivant dans un genre et environnement urbain contemporain et créait une sorte d’alternative au polar héroïque tel qu’allait le définir Le Syndicat du Crime (1986) de John Woo. Jackie Chan n’allait réellement y revenir qu’avec Police Story 2 (1988) et surtout dans les années 90 (l’excellent Crime Story (1993), Police Story 3 et 4 (1992, 1996)) mais la vague était lancée et ne demandait qu’à adopter une nouvelle star. Ce serait la belle Michelle Yeoh qui s’affirmerait comme l’égal féminin casse-cou de Jackie Chan. Michelle Yeoh n’a à l’origine aucune compétence martiale mais une formation de danse classique stoppée par une blessure au dos. Sa beauté lui vaudra de nombreux prix dont celui de Miss Malaisie qui l’orientera vers une carrière cinéma. 

Repérée par le producteur Dickson Poon (qui deviendra son époux) à Hong Kong, cette sportive accomplie se passionne pour le milieu des cascadeurs de Hong Kong et va suivre une formation acharnée dans les meilleures écoles de kung fu de la péninsule. Clairement pas décidée à jouer les potiches et les demoiselles en détresse, elle décroche son premier rôle dans Le Flic de Hong Kong 2 (1985) où elle côtoie les autres « lucky star » Jackie Chan, Yuen Biao et Sammo Hung (également réalisateur) qui l’adoubent. Elle est donc prête à voler de ses propres ailes avec Royal Warriors (renommé In Line of Duty à l’international) où elle partage néanmoins la vedette avec le japonais Hiroyuki Sanada et Michael Wong, autre star montante de Hong Kong.

Le scénario est aussi simple qu’efficace. L’inspecteur Michelle Yip (Michelle Yeoh) de retour de vacances au Japon empêche un détournement d’avion destiné à faire évader un criminel extradé, aidé d’un policier japonais (Hiroyuki Sanada) et d’un agent de sécurité (Michael Wong). Célébré, pour leur exploit, les trois héros déchantent vite quand les anciens frères d’armes du criminel décident de le venger et bientôt les morts s’accumulent autour d’eux. On est loin du simple décalque de Police Story, la « charte » familiale de Jackie Chan étant balayée dès l’ouverture en avion avec son festival de balles perdues, de débordements sanglants et de victimes collatérales parmi les figurants. 

On est devant un vrai polar hard-boiled brutal où les incursions d’humour sont constamment désamorcées par un évènement tragique, le plus marquant étant la famille d’Hiroyuki Sanada victime d’un attentat. Les trois personnages sont caractérisés avec justesse (la mélancolie d’Hiroyuki Sanada tournant à la folie vengeresse, les fanfaronnades de Michael Wong et l’empathie, la fougue et la compréhension de Michelle Yeoh) et leur évolution intéressante, mais l’on a réellement d’yeux que pour Michelle Yeoh qui gagne là ses galons de star. 

L’actrice a retenu la leçon de Jackie Chan et tout comme lui évite de la jouer Bruce Lee au féminin, un être invincible et distant suscitant peu d’empathie pour au contraire accentuer a facette de hargne et de dépassement. Elle n’est ni l’égal ni au-dessus des adversaires masculins qu’elle affronte et (toujours à la manière de Jackie Chan) prends son lot de coups lors des joutes martiales mais sa rage la rende finalement bien plus redoutable que ses acolytes. 

L’actrice donne de sa personne et fait admirer ses capacités physiques dans des morceaux de bravoures virtuoses comme l’ouverture en avion, la course poursuite où elle affronte un adversaire conduisant un bulldozer. L’incroyable carnage dans la séquence du nightclub montre bien la fusion qu’opère le film entre kung fu pian et polar avec un établissement littéralement rasé, autant par les coups que par la pluie de balles tirées.

Cette simple histoire de vengeance aurait pu être très répétitive mais le script à l’intelligence de varier les compétences des adversaires. Tout d’abord, ceux-ci ne sont que trois donc les traditionnels combats à un contre dix façon chair à canon sont évacué pour un nombre d’ennemis plus restreint mais vraiment redoutable. L’ouverture en avion sert à présenter leur nature impitoyable, l’attentat et la scène du nightclub leur compétences meurtrières, les deux scènes mettant justement en valeur les aptitudes martiales de Michelle Yeoh (Hiroyuki Sanada étant très impressionnant aussi). Le ton change radicalement avec le dernier acolyte joué par Yin Bai, pas un combattant de premier ordre mais d’une intelligence et d’un sadisme qui vont vraiment mettre à mal nos héros. 

Le ton se fait d’un coup réellement sombre et désespéré et Michelle Yeoh peut se délester définitivement de la réserve de son personnage pour devenir un ange de la vengeance tout de noir vêtu dans la dernière scène. Pyrotechnie (l’explosion de décor finale), prise de risque bluffante (l’affrontement à la tronçonneuse) et coups qui font mal constituent l’excellent morceau de bravoure final où Michelle Yeoh s’avère plus iconique que jamais. Une belle réussite marquée par son époque (les tenues et brushing 80’s, la bande son assez ringarde mais l’amateur de cinéma de Hong Kong est habitué) mais diablement efficace. La carrière de Michelle Yeoh était lancée et elle remettrait bientôt le couvert dans la suite  Le Sens du devoir 2/ Yes Madam dans une série qui compterait sept épisodes.

Sorti en dvd zone 2 français chez Metropolitan et la saga entière est également disponible en coffret



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire