Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

mardi 8 juillet 2014

Parfum de femme - Profumo di donna, Dino Risi (1974)

Fausto est un grand amateur de femmes. Il est un bel homme, dans la force de l'âge et vit seul avec sa vieille tante à Turin. Sept ans auparavant, alors capitaine de cavalerie, il a perdu la vue en manipulant une bombe lors des grandes manœuvres. Il refuse son infirmité et dissimule son amertume sous une agressivité permanente. Bien qu'aveugle, Fausto est capable de deviner la présence des femmes grâce à leur parfum...

Tout au long de sa filmographie, Dino Risi aura su se faire le remarquable et cynique peintre des évolutions de la société italienne d’alors. Le Fanfaron (1962) ou encore Le Veuf (1959) témoignait ainsi des travers du miracle économique, Une Vie difficile (1961) de la fin des idéaux politiques ou encore Au nom du peuple italien (1971) de le la corruption et de l’agitation politique de l’Italie des années de plomb. Au début des années 70 une certaine nostalgie et perte d’illusion se fera jour dans le cinéma italien, symbole d’une société morose où il ne reste plus rien à réaliser. Ettore Scola en offrira une belle illustration sous un jour attachant dans son inoubliable Nous-nous sommes tant aimés (1974) ou bien plus désespéré avec La Terrasse (1980). Dino Risi allait donner sa vision de ce désenchantement, intime et aigre-douce.

 Parfum de femme (adapté du roman Il buio e il miele de Giovanni Arpino) témoigne en fait de la disparition d’une certaine race d’homme fort ayant contribué à rétablir le pays. Sans cause ni patrie à défendre, ils sont perdus et inutile dans ce monde moderne. Cette vacuité sera représentée symboliquement avec la cécité de Fausto (Vittorio Gassman) ancien capitaine victime d’un accident lors de grande manœuvres. L’armée lui attribue un jeune soldat en permission, Giovanni Bertazzi (Alessandro Momo), pour l’accompagner durant son voyage à Naples. C’est à travers le regard du jeune homme que nous allons découvrir la personnalité singulière de Fausto. Tout dans son comportement outrancier est une manière de faire oublier son infirmité. 

Séducteur pressant et libidineux avec les femmes dont il devine la présence par leur seul parfum, agressif et bagarreur avec les hommes, s’imposant en tous lieux par son culot et son charme, Fausto est un phénomène ambulant ne semblant jamais gêné par son handicap. Le périple est l’occasion de diverses péripéties amusantes et pour le malheureux Giovanni (rebaptisé Ciccio) d’être largement malmené par son bouillant compagnon. La photo aux veloutes brumeux et diaphane de Claudio Cirillo imprègne l’atmosphère estivale d’une certaine mélancolie pour ces paysages que Fausto ne peut voir, tout comme le thème au piano entêtant d’Armando Trovajoli. Tous ces éléments amènent une forme de distance à la confiance et aux vociférations de Fausto dont la vulnérabilité se dévoile progressivement. Il ne cherche pas seulement à surmonter son handicap mais surtout à le masquer, se comportant comme un voyant et rejetant tout ce qui peut lui rappeler sa condition, que ce soit une bienveillance, pitié malvenue ou la simple présence d’un autre aveugle aux alentours.

 Vittorio Gassman est fabuleux, imprégnant ce type de personnage excessif dont il a le secret d’une vraie tristesse. La caméra de Risi s’attarde à de nombreuse reprise et longuement sur son regard. Le regard vide de celui qui ne voit plus, mais surtout de celui qui ne ressent plus. Fausto affirmera ne plus regretter que les visages et courbes des femmes dans l’obscurité où il est condamné, car il peut encore ressentir les plaisirs et sensation d’une étreinte. Par contre il se refusera comme le soulignera un dialogue à imaginer les paysages et monuments qu’il ne peut plus voir. Cela serait la preuve d’un romantisme dont il n’est plus capable tant il s’estime inutile au monde qui l’entoure.

L’étape finale du voyage à Naples vient pourtant bousculer cette conviction avec l’amour inconditionnel que lui voue la belle Sara (Agostina Belli). Toute la détresse de Fausto nous apparaît ainsi, réfrénant ses attitudes machistes et sa brutalité envers Sara car elle représente le seul élément l’aimant tel qu’il est, ne tenant pas compte de ce qu’il a été. Risi offre des moments poignants et subtils entre eux, où Fausto se referme en devinant sa présence tandis qu’elle le dévore des yeux avec une désarmante candeur. 

Malgré toute la force qu’il affiche, Fausto devra se raccrocher à la vie en ayant accepté sa faiblesse. Pas celle que lui amène sa cécité mais celle qui fera vaciller sa funeste résolution d’en finir. Le personnage était impressionnant par son désintérêt de tout car rien à respecter quand on a plus aucun intérêt au monde qui nous entoure, plus de volonté de vivre. Cette flamme, Fausto la retrouve lorsque pour la première fois du film il ose véritablement et sincèrement demander à l’aide. Physiquement car il est tombé au sol, mais surtout symboliquement pour embrasser enfin cette et cet amour qu’il n’aura pas été capable de fuir. Un des chefs d’œuvre de Dino Risi et un des plus beaux rôles de Vittorio Gassman, judicieusement récompensé du prix d’interprétation au Festival de Cannes 1975.

Sorti en dvd zone 2 chez TF1 Vidéo



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire