Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

vendredi 16 mai 2014

Une certaine femme - That certain woman, Edmund Goulding (1937)


Après la mort de son mari gangster, Mary fait la connaissance de Jack et l'épouse mais leur mariage ne dure pas longtemps. Après leur séparation, Mary donne naissance à un fils que Jack découvrira plusieurs années plus tard...

Révélée au sein de la Warner au début des 30, Bette Davis deviendra immédiatement une des grandes stars du studio. Pourtant malgré le succès et un premier Oscar décroché en 1935 pour L'intruse, l'exigence de Bette Davis se heurte constamment à l'autorité de la Warner ne lui proposant pas suffisamment de grand rôle féminin. Cela entraînera de nombreux conflits, la star balayant d'un revers de la main les scénarios les plus ineptes qu'on lui propose tandis que la Warner lui refuse certains rôle convoités notamment en refusant de la prêter à la RKO où pour le Mary Stuart (1936) de John Ford où elle devait jouer a reine Élisabeth 1er aux côtés de Katharine Hepburn. Toute frustration amènera Bette Davis à claquer la porte du studio et quitter Hollywood pour Londres. Etant sous contrat pour sept ans à la Warner, le procès est inévitable et elle le perdra, contrainte de revenir à Hollywood. Jack Warner bon prince lui pardonne et paie les frais de procès, consentant à lui confier des rôles plus consistants désormais. La plus pugnace Olivia de Havilland aura plus de chance quelques années plus tard puisque dans une situation similaire, elle sortira vainqueur de son bras de fer avec le studio et gagnera sa liberté. Quoiqu'il en soit, That certain woman marque le renouveau de Bette Davis avec ce nouveau départ et la rencontre avec Edmund Goulding (qui signe d'ailleurs le remake de son film L'Intruse (1929) où Gloria Swanson tenait le premier rôle) qui la dirigera souvent (tout comme William Wyler) dans la série de grands mélodrames à venir comme Dark Victory (1939) ou La Vieille Fille (1939). . Sans atteindre la hauteur de ces futurs œuvres That certain woman est un beau mélodrame offrant un écrin idéal une poignante Bette Davis.

Le film narre l'histoire d'une figure féminine martyre et marquée éternellement du sceau de l'infamie par une société moralisatrice et en quête de sensationnel. Mary Donnell (Bette Davis) est tombée amoureuse et à épousée un gangster notoire à l'âge de 16 ans. Placée sous le feu des projecteurs suite au meurtre de son époux lors du massacre de la Saint Valentin, Mary a depuis essayée de se reconstruire et d'acquérir une éducation dans l'ombre. Elle a repris son nom de jeune fille et travaille désormais comme secrétaire pour le grand avocat Lloyd Rogers (Ian Hunter). Les fantômes du passé semblent pourtant ressurgir dès que le bonheur semble s'offrir de nouveau à elle. Elle cède ainsi au fils à papa immature Jack Merrick (Henry Fonda) qui l'aime vraiment mais se montrera toujours incapable de répondre aux préjugés et à l'intolérance de son très rigide père (Donald Crisp).

Lorsqu'un homme connaissant son passé et réellement prêt à tout quitter pour elle lui offrira son cœur, la maladie et le scandale viendront encore gâcher ce renouveau et souiller sa réputation. Bette Davis est formidable, acceptant chaque déconvenue comme une évidence, écrasée par le destin mais évitant constamment à sa prestation de tomber dans le pathos de la femme victime (qui ne regrette pas son rreur initiale d'ailleurs puisque se recueillant au début du film sur la tombe de son époux defunt). Au contraire, le personnage fait montre d'un optimisme et d'une confiance en la sincérité et le courage de l'autre régulièrement déçus. Il faut voir ce regard plein d'espoir d'une apparition de Jack qui interviendra trop tard, de la surprise face à la prévenance de son patron et bien sûr de l'amour maternel se ressentant avec une intensité et une sobriété des plus subtils.

Mary est une branche qui ploie sans jamais se briser et c'est ce courage, cette abnégation qui semble captiver les hommes gravitant autour d'elle. Edmund Goulding sait ainsi formidablement capturer toutes les émotions passant sur le visage de Bette Davis dont le regard et les traits sont magnifiés par la photo d’Ernest Haller. Le pathos est toujours éviter en dépit de la succession de malheurs (la courte durée aidant), y compris dans une dernière partie déchirante. La mise en scène et la présence fragile de la star porte donc entièrement l’émotion d'un film au scénario un peu décousu.

Henry Fonda (qui retrouvera Bette Davis l'année suivante dans L'Insoumise de William Wyler) est excellent en gosse de riche faible de caractère, mais il manque vraiment au personnage une grande scène (filmée en tout cas puisque le fait un simplement rapporté par un dialogue) où il tient tête à son père tant il aura failli aux attentes de Bette Davis tout au long du film. Autre incohérence, le journaliste Virgil (Hugh O'Connell ) présenté au départ comme une ordure devient peu à peu une sorte d'ange gardien pour Mary sans que l'on ait vraiment eu de scène expliquant ce changement. Enfin, le final semble quelque peu forcé et expéditif dans son happy-end, ne nous laissant pas goutter à l'émotion du désespoir des des dernières scènes. Un joli film tout de même qui marque bien le nouveau départ de la carrière de Bette Davis.

Sorti en dvd zone 2 français chez Warner

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire