Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

mercredi 11 décembre 2013

Lunch Hour - James Hill (1961)


Lunch Hour est une pépite méconnue et diablement subtile du cinéma anglais du début 60's qui pour le spectateur distrait passerait presque pour une fable moraliste alors qu'il s'agit d'un manifeste féministe terriblement cinglant. Un homme (Robert Stephens) et une femme (Shirley Anne Field) se retrouve à l'heure du déjeuner dans une modeste chambre d'hôtel. Leur attitude gênée et échanges de banalités témoigne de l'inconvenance de la situation et de la nature illégitime de la liaison sans que ce ne soit dit.

Le désir semble pourtant le plus fort et alors que l'inévitable rapprochement s'effectue un raccord en mouvement nous ramène quelque mois plus tôt aux prémisses de cette liaison. Elle (tous deux ne seront jamais nommé et simplement un homme et une femme dans le récit) est une jeune dessinatrice dans une entreprise de peinture tandis que lui est cadre de la compagnie.

L'attirance est immédiate tant la gentillesse et l'attention de Robert Stephens est aux antipodes du machisme ordinaire de ce cadre professionnel, entre les avances larvées sous couvert prévenance envers les employé(e) d'un directeur et remarques salaces des ouvriers voyant passer la silhouette élancée de Shirley Anne Field. Le film nous plonge en pleine Angleterre rigide et moraliste d'avant la révolution sexuelle, la pilule et l'hédonisme de la jeunesse du Swinging London.

Ainsi tout témoignage d'affection trop manifeste du couple se voit sanctionné par un regard extérieur sévère : une étreinte trop tendre dans un parc et c'est le gardien qui viendra les interrompre d'un œil furibond, un baiser dans le recoin désert d'un musée et le guide interrompt sa visite, se tenir affectueusement la main au restaurant signifiera d'être servit avec brusquerie lorsqu'on fera sa commande.

L'environnement ambiant n'est que frustration, au travail où il ne faut pas faire naître les rumeurs et le quotidien repose de toute façon sur cette culpabilité puisque Robert Stephens est marié. La mise en scène de James Hill fait de ce Londres blafard (somptueuse photo de Walter Suschitzy) une prison à ciel ouvert où toute expression de sentiment se fait en secret de peur d'être jugé. Robert Stephens va donc avoir recours à la solution la plus discrète et scandaleuse en louant une chambre d'hôtel qui nous ramène donc au point de départ du film. Seulement rien ne va se dérouler comme prévu.

Lunch Hour est adapté de la pièce éponyme de John Mortimer (qui signe également le scénario) d'abord jouée sur les ondes de la BBC en 1960 puis sur les planches londonienne l'année suivante. Si ce rigorisme moral constitue la toile de fond de l'intrigue, il n'en est pourtant pas le sujet principal. Dès le départ, on aura senti une sorte de fossé entre Shirley Anne Field et Robert Stephens. Elle est caractérisée en grande partie par sa culture, sa nature paisible et son gout pour le dessin tandis que lui n'existe que par le désir qu'il a d'elle.

Les échanges ne tournent finalement qu'à cette frustration de l'assouvissement de ce désir Robert Stephens s'avère trop limité lorsqu'ils chercheront à avoir d'autres sujet de discussion notamment sur les dessins de Shirley Anne Field. Tous ces éléments constituent des signes avant-coureurs du fiasco dans la chambre d'hôtel. Une nouvelle fois l'élément perturbateur viendra d'un personnage extérieur avec ici la logeuse envahissante joué par Kay Walsh.

Son intrusion révèle à Shirley Anne Field le mensonge de Robert Stephens pour louer la chambre, les faisant passer pour un couple marié. Rien de perturbant face à cette ordre moral mais la sophistication du mensonge va en fait révéler la vision du monde de l'homme et révolter la jeune femme. Plutôt que le surligner par le dialogue, l'affabulation de Stephens s'exprime sous forme fantasmée avec Shirley Anne Field jouant le rôle de l'épouse et on découvre ainsi réel ou purement inventé un quotidien où la femme est assignée aux tâche ménagère, à l'éducation des enfants et où lui-même est absent et passif. En s'inventant une telle existence factice, il méprise finalement son épouse et les femmes en général, Shirley Anne Field se sentant finalement impliquée en assumant ce rôle dans le fantasme.

On aura ainsi des dialogues surréalistes où elle reproche à Robert Stephens dans manques en tant que mari, ce qu'il n'aura été que dans son mensonge et son illustration par James Hill. Cela suffit pourtant à souligner finalement son indifférence et sa froideur, Shirley Anne Field comprenant qu'elle ne peut se lier à un tel homme. Un scénario à la structure déroutante qui fut rapproché des écrits de Penelope Mortimer épouse de John Mortimer et qui mis en place un dispositif similaire dans Le Mangeur de citrouille (adapté brillamment par Jack Clayton) ou dans son scénario pour le Bunny Lake a disparu (1965) d'Otto Preminger avec de nouveau une femme victime d'un homme froid et manipulateur.

John Mortimer reprend ainsi à son compte le leitmotiv de son épouse et (selon l'interprétation des bonus du dvd) se faire pardonner ses nombreuses infidélités et prônant ces mêmes préceptes féministes. Le message s'avère ainsi assez novateur et cinglant tout en maintenant la morale sauve avec une rare intensité (entre tonalité austère et vraie sophistication visuelle), notamment grâce à la prestation passionné de Shirley Anne Field. Une très belle découverte qui réussit à brasser tous ces thèmes en à peine 1h, ce format ayant limité injustement la visibilité du film.


Sorti en dvd zone 2 anglais et en bluray chez BFIet doté de sous-titres anglais

Extrait

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire