Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

mercredi 4 décembre 2013

Opération Condor - Fei ying gai wak ou Armour of God 2, Jackie Chan (1991)


Jackie est chargé de retrouver un trésor caché par les nazis au fin fond du Sahara. Pour mener à bien cette opération, il est épaulé par Ada, une historienne, Momoko, une touriste japonaise et Elsa, la petite fille de l'officier qui a dissimulé ce trésor. Ils affrontent des mercenaires qui recherchent aussi ce trésor.

Dans la foulée des succès du Marin des mers de Chine (1982) et de Police Story (1985), Jackie Chan avait une nouvelle fois su se renouveler et signer une œuvre culte avec Mister Dynamite (1986). Gros film d’aventure montrant les ambitions désormais internationale de Jackie, le personnage de baroudeur blasé de Condor  le sortait enfin des héros chiens fous et immature de ses précédents succès. Cette Indiana Jones revisité sauce Jackie Chan ne s’avérait pourtant pas totalement abouti du fait d’un tournage mouvementé, l’artiste se faisant la blessure la plus grave de sa carrière qui allait le clouer au lit six mois. Forcément le film en pâtirait puisque si Condor était le héros le plus intéressant jusque-là incarné par Jackie (son machisme de façade, la blessure de son ancien amour perdu), Mister Dynamite manquait singulièrement de rythme et de panache et ce malgré même si seul le saut en chute libre final sur une montgolfière assurait le quota de suspension d’incrédulité auquel on était habitué. Opération Condor, suite réalisé cinq ans plus tard allait corriger presque tous ces petits défauts.

Comme dans le premier volet, l’ouverture détourne astucieusement Les Aventuriers de l’Arche perdue (1980) avec un Jackie pillant un temple et bientôt traqué par les autochtones dont il échappe à la fureur de justesse. Le lien avec le premier volet se fait avec le même commanditaire (et une grosse incohérence sa demeure du baron identique au premier film se trouvant désormais en Espagne et plus à Paris) l’envoyant ainsi trouver un trésor perdu des nazis dans le Sahara durant la Deuxième Guerre Mondiale. 

Les anciennes faire-valoir féminins (Maggie Cheung, Ling Ching Hsia ou Rosamund Kwan) ayant entretemps gagnées leur galons de stars, Jackie Chan s’entoure carrément d’un trio d’acolyte gaffeuses ici avec Carol 'Do Do' Cheng en historienne snob, l’espagnole Eva Cobo (prenant le relai de Lola Farmer dans l’opus précédent en caution occidentale) en petite fille de l’officier allemand disparu avec le trésor et la japonaise Shôko Ikeda en voyageuse délurée suivant le groupe dans son périple. 

Sans avoir le charisme de leurs devancières (ni avoir eu la même carrière par la suite) les trois actrices apporte une indéniable énergie comique dans de nombreux gags hilarant (dont celui de la serviette) et s’avère très complémentaires. Cela amène cependant un certain embouteillage de protagonistes à gérer et du coup le côté introspectif qui rendait le premier épisode si différent disparait complètement.  Condor n’est plus impliqué personnellement (puisqu’il cherchait à sauver une ancienne fiancée dans Mister Dynamite) et traverse l’aventure avec plus d’insouciance pour une intrigue sacrément ludique.

En effet si l’on a plus la (relative) profondeur de Mister Dynamite Jackie Chan signe là son divertissement le plus accompli depuis le chef d’œuvre Le Marin des mers de Chine. Tout y passe avec brio tel ce premier morceau de bravoure et une poursuite à moto virtuose en pleine ville où Jackie esquive, enjambe et percute les obstacles sur son bolide à deux roues. 

Le traditionnel embouteillage à quiproquos en espace clos offre un hilarant chassé-croisé finissant par la destruction d’un hall d’hôtel, sans parler des ennemis mercenaires aussi patibulaire que gaffeur. Les quarante dernières minutes sont un festival d’action non-stop où on savourera les empoignades acrobatiques dans un impressionnant décor de bunker sous-terrain dont Jackie Chan exploite la topographie avec brio. 

Le summum est atteint avec l’affrontement  final dans la salle de ventilateur géant où Jackie paie comme souvent son tribut au burlesque, relance constamment l’action avec invention. Une des plus belles réussites de Jackie Chan, drôle et trépidant de bout en bout. L’artiste a relancé tout récemment les aventures du Condor  avec Chinese Zodiac que l’on espère voir prochainement sortir chez nous. 

Sorti en dvd zone 2  français chez HK Vidéo

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire