Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

dimanche 15 décembre 2013

Salt - Philip Noyce (2010)


Evelyn Salt est sans aucun doute l’un des meilleurs agents que la CIA ait jamais comptés dans ses rangs. Pourtant, lorsque la jeune femme est accusée d’être une espionne au service de la Russie, elle doit fuir. Evelyn Salt va faire appel à sa remarquable expertise pour échapper à ceux qui la traquent, y compris dans son propre camp. En cherchant à percer le secret de ceux qui la visent, Salt va brouiller toutes les pistes. Est-elle vraiment ce qu’elle prétend ? Désormais, une seule question se pose : qui est Salt ?

 Au départ de ce Salt, il y a une idée formidable. Durant la Guerre Froide, les Russes auraient formé des agents d’élite depuis l’enfance destinés à substituer l’identité d’américains pour des opérations fomentées des décennies à l’avance. Un pitch au potentiel incroyable dont Philip Noyce ne parvient à tirer rien d’autre qu’un énième film d’action à base de courses poursuites et aux enjeux d’un autre âge, avec le retour du bon vieil antagonisme russo-américain… Il ne fallait pas en attendre bien plus de Noyce, honnête faiseur dont la seule réussite notable, Calme Blanc, est due au « coup de main » de son prestigieux producteur George Miller. Quant au scénariste de la chose, Kurt Wimmer, passé le plaisir de faire se battre ses héroïnes sexy, il n’a jamais fait montre d’une grande inventivité, comme le démontrent ses propres réalisations (Equilibrium – sous Matrix vaguement distrayant – ou le très comic book – et surtout très raté – Ultraviolet).

Angelina Jolie est l’unique atout du film. Formidable en néo Mata Hari, elle passe de la blonde sophistiquée à la vamp aux cheveux noirs de jais, puis à la garçonne coupée court et en débardeur lors du finale. Ses multiples revirements et sa sincérité confèrent un semblant de surprise au script balisé, cette dernière faisant subtilement pointer son émotion sous ses allures froides, étant en tout point en adéquation avec son personnage habitué à dissimuler ses pensées. Entre de bonnes mains, Salt semblait avoir le potentiel pour égaler le formidable Au revoir à jamais (Renny Harlin, 1996), où Geena Davis délivrait une prestation rock’n’roll et à fleur de peau en barbouze amnésique. Philip Noyce se contente malheureusement d’aligner les séquences d’actions molles et déjà vues ailleurs en mieux, trouvant même le moyen d’être prévisible dans son casting (Liev Schreiber en traître pour la énième fois...).  Un produit de série qui s’oublie aussitôt, dommage il avait matière à en tirer bien mieux.

Sorti en dvd zone français chez Sony

1 commentaire: