Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

mardi 17 décembre 2013

Human Lanterns - Ren pi deng long, Sun Chung (1982)


Long, un maître en arts martiaux, fait appel au mystérieux Chao pour confectionner une lanterne qui lui assurera la victoire face à son rival Tan, lors du concours annuel de la plus belle lanterne. Mais Chao, humilié et blessé par Long quelques années auparavant, prépare sa terrible et sanglante vengeance...

Au début des années 80 et après deux décennies de triomphe dans le cinéma hongkongais, la Shaw Brother est sur le déclin. Peinant à se renouveler, les productions Shaw et leur tournage en studio semble désormais bien désuètes face au assauts rageurs et plus libres des chantres de la nouvelle vague hongkongaise tel un Tsui Hark qui avec son inaugural Butterfly Murders (1979) rend hommage et ringardise à la fois Chu Yuan, un de ses modèles et pilier de la Shaw Brothers. Avant de se réorienter dans des productions télévisées, le studio se montrera néanmoins capable d’ultimes soubresauts avec ce Human Lanterns qui élargit sa formule et ça donne ce pur ovni mélangeant wu xia pian et horreur. 

L'intrigue voit un Lo Lieh profiter de la rivalité entre deux notables incarné par Chen Kuan Tai et Liu Yung pour exécuter un terrible vengeance qui consiste entre autres à tuer des femmes et fabriquer des lampes avec leurs peau dépecées à vif. L'érotisme et la violence sont nettement plus prononcés qu'à l'accoutumée et le premier massacre de Lo Lieh fait preuve d'un sadisme saisissant en plus de dévoiler la nudité de l'actrice, une première dans la tonalité habituellement plus subjective de la Shaw. Les fameux décors studio de la Shaw font ici merveille pour distiller des ambiances inquiétantes digne de la Hammer, notamment l'antre menaçante de Lo Lieh magnifiée par une photo baroque somptueuse. 

Ca n'en oublie pas les combats furieux pour autant et là le chorégraphe Tang Chia s'est surpassé avec nombres d'affrontements mémorables dont entre autres Lo Lieh qui traque une proie en forêt dans des mouvements  bondissants lorgnant sur King Hu.  Le mano à mano hargneux entre Liu Yung et Chen Kuan Tai et surtout un incroyable final qui culmine avec l'effondrement total d'un décor sont également de sacrés morceaux de bravoures.

Cette tonalité sombre s’étend aussi aux héros, Liu Yung campant un personnage assez détestable et  arrogant qui survit assez miraculeusement mais qui a tout perdu au final. Lo Lieh se délecte dans un rôle de méchant assez mémorable qui manipule, tue et dépèce à tout va et dont la dimension surnaturelle est encore renforcée par sa gestuelle étrange lorsqu'il est masqué.  Pas le plus prestigieux des réalisateurs de la Shaw Brothers mais pourtant capable d’excellent divertissements comme La vengeance de l'aigle (1978), Sun Chung propose ici un objet totalement fou et bariolé.

Sorti en dvd zone 2 français chez CTV

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire