Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

samedi 7 mai 2016

Jin-Roh, la brigade des loups - Jin-Rô, Hiroyuki Okiura (1999)

Tokyo, fin des années 1950, après la défaite du Japon face à l'Allemagne nazie durant la Seconde Guerre mondiale. La ville est secouée par des troubles sociaux fomentés par un groupe d'opposition appelé La Secte. Les autorités, confrontées à des émeutiers de plus en plus violents créent la Posem (police de sécurité métropolitaine) une brigade d'élite de répression lourdement armée. Lors d'une émeute, le lieutenant Kazuki Fuse, une jeune recrue de cette brigade, se retrouve cependant incapable de faire feu sur une fille porteuse d'une bombe « un petit chaperon rouge ». L'enfant déclenche l'engin explosif et meurt devant ses yeux. Traumatisé par cet événement, Fuse se recueille sur la tombe de la victime et rencontre la sœur aînée de celle-ci.

Jin-Roh marque pour Mamoru Oshii un retour au fil rouge qui irrigue sa carrière, la saga Kerberos. Il s’y intéresse aux Kerberos Panzer Corps, une unité de soldat en armure dans un Japon futuriste totalitaire. Oshii développa cet univers dès ses débuts et sur différents supports : deux films live expérimentaux avec The Red Spectacles (1987) et Stray Dog Kerberos Panzer Cops (1991) et le manga Kerberos Panzer Cop publié entre 1988 et 2000. Jin-Roh était justement supposé adapter le premier volume du manga en film d’animation mais Oshii est débordé par le tournage de l’œuvre qui le consacrera à l’international, le classique cyberpunk Ghost in the shell (1995). Il décide donc de confier le projet au jeune Hiroyuki Okiura, son très doué directeur d’animation sur Ghost in the shell. Okiura flatté n’accepte la proposition qu’à condition de pouvoir réécrire le scénario et l’imprégner de sa sensibilité. L’un des changements majeurs sera donc l’histoire d’amour qui amène une tonalité différente à l’univers tortueux de Mamoru Oshii.

Jin-Roh revisite le conte du Petit Chaperon Rouge dans un Japon uchronique au lendemain d’une défaite face à l’Allemagne Nazie. Le film effectue ainsi un retour vers le passé par rapport à l’univers  futuriste de Kerberos tout en l’inscrivant dans l’imaginaire avec ce contexte politique. L’interprétation du conte par Oshii illustre bien l’hésitation entre anarchie et totalitarisme qui court tout au long de sa filmographie. Patlabor (1989) dépeignait une société japonaise dont les traditions étaient balayées sur l’autel de la modernité mais la seule réponse était un dangereux virus informatique semant le chaos. Patlabor 2 (1992) montrait la facilité du pays à retrouver ces réflexes totalitaire et militariste dès lors qu’il était menacé avec un terroriste provoquant la loi martiale. 

De manière générale la méfiance et la fascination d’Oshii pour l’imagerie militaire provoque souvent un sentiment ambigu. Dans Jin-Roh, cela se révèlera à travers une histoire d’amour tragique. L’anarchie est représentée par les « chaperons rouges », jeunes femmes transportant des bombes pour La Secte, groupuscule révolutionnaire en lutte contre le gouvernement. Le totalitarisme de cet Etat est symbolisé par la brigade POSEM et plus précisément par son unité la plus redoutable, les Panzer Corps. L’un d’entre eux, Fusé, vacille en pleine opération et hésite à abattre un « chaperon rouge » kamikaze. Ayant échappé de peu à la mort, Fusé est hanté à la fois par cette marque de faiblesse inattendue mais surtout par les traits juvéniles et déterminés de la disparue. En rencontrant et tombant amoureux de sa sœur Nanami, il pense peut être pouvoir apaiser son âme.

Tout au long du récit se fait entendre en voix-off une récitation de l’interprétation la plus tragique du conte où Oshii se trompe d’ailleurs en usant de la couverture du Rotkäppchen des frères Grimm qui lui donnait une fin heureuse au contraire de Charles Perrault . Le scénario brouille en effet les piste en montrant le « loup » Fusé incapable d’abattre/dévorer le Petit Chaperon Rouge et céder à la naïveté de ce dernier quand il tombe amoureux de Nanami dont la douceur de caractère ne fait pas oublier une première apparition où elle arbore le fameux imperméable rouge. Le conte va donc se rejouer cruellement pour servir des intérêts plus haut placés, une lutte de pouvoir quant au démantèlement des Panzer Corps. 

Fusé et Nanami, réellement amoureux semblent vouloir dépasser les archétypes modernes du conte dans lesquels ils s’inscrivent. Okiura instaure une atmosphère à la fois oppressante et romantique, l’imagerie hivernale servant une belle mélancolie portée par le score de Hajime Mizoguchi. La veine plus désabusée d’Oshii pèse également, les nombreuses allusions à la nature fourbe du Loup déguisé en homme laissant présager une interprétation plus sombre. La tenue des Panzer Corps rappelle cette parenté animalière, le masque et les yeux rouges évoquant le regard, la gueule et le museau du loup tandis que le casque rappelle la parenté militaire germanique de ce passé alternatif. La force interprétative tout comme le contexte politique imaginé par Oshii s’illustrent avec une force évocatrice puissante par ce seul uniforme.

Jin-Roh constitue également un remarquable thriller d’espionnage questionnant donc le Japon. Nos deux héros sont manipulés par deux factions se déchirant entre le maintien d’un joug militaire « nécessaire » ou un régime politique calculateur et guère plus rassurant. Oshii a une vision cynique du pays balloté entre oppression et corruption, le regard romantique d’Okiura semblant apporter une voie médiane par les sentiments. Le scénario ne choisit pas entre leurs deux interprétations et si le retour à l’ordre se fait dans une brutalité implacable en soumettant le collectif, le loup semble être redevenu un homme amoureux et brisé lors de l’épilogue sacrificiel. 

Sorti en dvd zone 2 français chez CTV 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire