Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

vendredi 3 juin 2011

Rouge - Yin ji kau, Stanley Kwan (1987)


Pensant que son ancien amant s'est réincarné depuis, une jeune femme décédée voilà plusieurs dizaines d’années, revient hanter Hong Kong pour retrouver cet homme qui est toujours l'amour de sa vie. Même après la mort.

Troisième film de Stanley Kwan, Rouge est l'oeuvre qui par sa réussite le révèle véritablement au public et à la critique de Hong Kong. Tout les éléments qui construiront sa filmographie et notamment son chef d'oeuvre Center Stage s'agencent déjà dans un ensemble brillant : le portrait de femme, la nostalgie pour un Hong Kong disparu et les personnages sacrificiels.

Dans Rouge, toutes ces facettes s'incarnent à travers la figure d'Anita Mui, pilier du film devant et derrière la caméra. Le film fut en effet un projet de longue haleine, l'adaptation du roman de Lilian Lee s'avérant fort complexe et ayant épuisé scénaristes, réalisateurs et un casting originel dont ne subsistera qu'une Anita Mui déterminée à interpréter ce rôle qui la touche tant. Stanley Kwan lancé à la tête d'un projet qu'il n'a pas initié (pour la compagnie de production de Jackie Chan) y trouve pourtant des résonances profonde à sa sensibilité et fera totalement sien le film.

Rouge c'est l'histoire d'un amour exclusif, profond et passionné dont l'intensité se prolonge à travers le temps et au delà même de la mort. Faussement amorcé comme une romance, cet amour s'illustre en fait dans la seule détermination de Fleur (Anita Mui) de retrouver l'homme qu'elle aime pour l'éternité. L'histoire commence donc en 1934 lorsque la prostituée et musicienne Fleur croise la route du fils de bonne famille Chan Chen-Pang (Leslie Cheung) au terme d'une magnifique séquence musicale où les regards brulants échangés et les paroles de Yin ji kau (titre cantonais du film et véritable leitmotiv tout au long de l'intrigue qui fera beaucoup pour son succès) chantée par Anita Mui expriment déjà toute l'intensité de leurs sentiments. Les barrières sociales insurmontables et la pression de leur milieu amènent notre couple à la solution extrême et au romantisme morbide du suicide commun dans l'espoir d'une réunion éternelle dans l'autre monde. C'est ainsi que Fleur se réveille de nos jour (en 1987) à la recherche de son amant qu'elle n'a pu retrouver dans l'au delà.

Ajouter une imageLe film est loin de donner dans la linéarité attendue et on pense ainsi à nouveau au futur Center Stage dans la manière dont s'entrecroisent passé et présent. Les souvenirs du passé vibrant et douloureux à la fois s'alternent ainsi avec le présent austère par l'interprétation de Anita Mui dont la détermination presque maladive fera le lien entre les époques. La mise en scène de Kwan joue également de ses différentes temporalité. La caméra se fait d'emblée virevoltante lors de la scène d'ouverture dans la maison close, et toutes les astuces narratives (le marivaudage entre Leslie Cheung et Anita Mui) et visuelles (les cadrages avantageux, la photo toute en nuances) sont là pour magnifier les joies et douleurs du couple en 1934. A l'inverse le Hong Kong moderne et urbain s'avère terne et impersonnel (toutes les allusions aux lieux du passé transformé en vulgaire commerces), ce qui se voit prolongé dans le couple qui aide Fleur dans le monde contemporain.

Stanley Kwan oppose ainsi malgré l'issue douloureuse un passé où l'on était prêt à se suicider par amour avec le présent où le couple moderne est certes plus serein mais également confiné dans un confort sans flamme ni passion. Le dialogue où ils s'avouent qu'ils ne se suicideraient pas l'uns pour l'autre souligne ce point, et plus encore leur scène de sexe plus explicite mais quelconque comparé au moindre frôlement entre Anita Mui et Leslie Cheung. Une révélation en conclusion atténuera quelque peu cette vision trop manichéenne et finalement rendra le message du film plus fort encore.
Rouge devient alors finalement un pendant asiatique à Lettre d'une Inconnue et de la réunion d'un couple, l'enjeu devient plus beau encore dans la volonté de cette femme de finalement trouver la paix et renoncer à son attente.La regrettée Anita Mui, exceptionnelle de bout en bout (et qui récoltera de nombreuse récompense pour ce rôle qu'elle a tant souhaitée) atteint encore dans ses derniers instants une émotion vibrante tandis que Stanley Kwan capte son regard perdu avec un brio formel envoûtant.


Sorti récemment chez HK Vidéo dans un beau coffret comprenant également le superbe Center Stage doont on a déjà dit le plus grand bien sur le blog.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire