Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

dimanche 26 juin 2011

Bonjour les vacances 2 - National Lampoon's European Vacation, Amy Heckerling (1985)


European Vacation est la suite du cultissime National Lampoon's Vacation (Bonjour les vacances en vf) géniale comédie qui voyait le père de famille Chevy Chase vivre avec sa petite famille des vacances aussi cauchemardesques qu'hilarante durant leur périple à travers les Etats-Unis. Les talents associés de John Hughes au script et de Harold Ramis pour sa deuxième réalisation ainsi que l'abattage comique de Chevy Chase avait donné une comédie irrésistible et attachante au succès massif.

Deux ans plus tard une suite est donc mise en route, Ramis passé à la vitesse supérieure avec Ghostbuster laisse sa place à la moins douée Amy Heckerling (Fast times at Ridgemont High teen comedy fort sympathique, Clueless nettement moins) et John Hughes rempile au script. Le couple Chevy Chase/Beverly D'Angelo est à nouveau réuni mais le casting change pour les rôles de leurs enfants (notamment Anthony Michael Hall excellent dans le premier film et devenu star entre temps grâce à Breakfast Club) avec de nouveaux acteurs donnant nettement plus dans le cliché adolescent et bien moins attachant.

National Lampoon Vacation offrait un regard tendre et moqueur sur la famille moyenne américaine et donnait dans la caricature tordante pour décrire l'Amérique profonde qu'ils traversaient, truffée de rednecks illétrés, de buveurs de bière et d'amateurs d'armes en tout genre. Ce second volet reprend donc le principe cette fois étendu à l'Europe,l'argument d'un gain à un jeu télévisé (avec John Astin le Gomez de La Famille Adams en présentateur déjanté) amenant nos héros à parcourir le vieux continent et précisément Rome, Paris, Londres et l'Allemagne rurale. Une nouvelle fois le scénario de Hughes moque autant les clichés attachés à ses contrées que l'ignorance crasse des américains pour le reste du monde.

Chevy Chase est grandiose dans ce registre, la mine autosatisfaite, se croyant maître de la situation et accumulant les gaffes. Parmi les moments savoureux, la difficile acclimatation à la conduite à gauche en Angleterre qui le voit tourner des heures durant dans un rond point, la visite express du Louvres sous prétexte qu'il ferme dans 15 minutes, l'invasion du domicile de retraités allemand qu'ils ont confondus avec leur famille sans parler des tentatives "d'adaptations" aux moeurs locales (toute la famille qui adopte le béret ridicule à Paris). le tout début du film avant le voyage lorsque chacun imagine l'Europe de ses rêves est gratiné aussi, Chevy Chase imaginant l'Allemagne comme un un décalque de La Mélodie du bonheur.

Fous rires garantis lorsqu'il s'agit de mettre en boîte les européens même si les gags sont inégaux. La légendaire goujaterie du parisien moyen offre formidable dialogue à double sens entre notre famille et un serveur très indélicat, la grande gastronomie française se résume à des surgelés chauffés en douce (sur fond de Marseillaise guillerette) et Paris est bien sûr peuplés de voleurs. L'épisode Londonien est tout aussi grossier avec des anglais tous dotés d'un accent cockney infernal (et Chevy Chase de sortir son traducteur électronique à la première occasion), qui conserve leur flegme même en cas d'accident de la route et dont les hôtel son dépourvus de salle de bain. Le casting regorge d'ailleurs d'acteurs locaux venus s'amuser, Victor Lanoux est très à l'aise en voleur de charme et le Monty Python Eric Idle toujours aussi allumé.

Très sympathique donc mais tout de même en dessous du premier film car la farce domine et la famille est moins attachante cette fois (hormis Chevy Chase parfait) et c'est nettement moins intemporel avec les tenues et ambiances 80's criardes ainsi que des références (les allusions à Lady Di) qui le date définitivement alors que le précédent gardait un côté universel pour quiconque avait parcourut les routes des vacances en famille. Il y a eu 3 autres déclinaison Christmas Vacation (1989), Las Vegas Vacation (1997) et une récente en 2010 pour un court-métrage publicitaire avec toujours Chevy Chase/Beverly d'Angelo à tenter éventuellement même si ça parait moins inspiré...

Sorti en dvd zone 1 et doté de sous titres franças, pour les "fans" il il a même un box désormais disponible réunissant tous les épisodes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire