Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

jeudi 22 juillet 2010

Ces Merveilleux Fous volants dans leurs drôles de Machines - Those Magnificent Men in their Flying Machines, Ken Annakin (1965)


Evocation des exploits des pionniers de l'aviation à travers un récit loufoque où des aviateurs du monde entiers disputent une course pour la traversée de la Manche de Londres à Paris. Personnages exubérants d'inspirations bd où chaque nationalité voit les clichés qui s'y rattachent poussés à l'extrême grâce un joli casting de furieux. Les allemands conservent toute leur rigueur militaire même quand il ne savent pas piloter grâce à Gert Fröbe, les français sont des coureurs séducteurs mettant des main aux fesses (Jean Pierre Cassel génial french lover et excellent running gag avec la rouquine qui lui apparait sous différentes identités tout le film) les américains de braves types un peu ploucs...

La première moitié du film essai sans grande conviction de créer des enjeux dramatiques un peu artificiels avec son triangle amoureux ( c'est cependant l'occasion d'admirer Sarah Miles future héroïne de "La Fille de Ryan") mais on s'intéresse plus volontiers aux péripéties délirantes des personnages azimutés grâce à quelque séquences tordantes comme le duel en ballon entre Cassel et Gert Fröbe.


La course en elle même est très impressionnante pour l'époque avec des séquences aériennes virtuoses où pour les moments les plus périlleux des matte paintings et incrustations superbes (hormis la fin où pas une ombre ne passe alors que des dizaines d'avions survolent Paris). De plus les concepteurs se sont bien lâchés au niveau du design des avions avec des modèles bien extravagants. C'est tout de même un peu long pour ce que ça raconte mais le divertissement est assuré.

extrait

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire