Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

dimanche 6 avril 2014

Top Cops - Cop Out, Kevin Smith (2010)


Jimmy Monroe et Paul Hodges, deux policiers, recherchent une carte de baseball collector qui a été volée, sauvent une belle mexicaine tout en étant en relation avec des gangsters et de l'argent blanchi.

Tout au long de sa carrière, Kevin Smith aura su se créer un univers singulier fait de personnages immature, de trame dramatiques lâches d’où la plus grande futilité (les fameux dialogues décalés où les personnages dissertent sur divers sujets de pop culture) peut surgir une vraie sensibilité. Cela donna le classique Clerks (1994) et sa suite tardive (2005) et Smith se montra capable de faire évoluer son univers, ses thématiques et personnages récurrents dans des genres aussi divers que la comédie romantique (le joyau Méprise Multiple (1997)), la brillante diatribe anti extrémisme religieux avec Dogma (1999). 

Après Jay & Bob contre-attaquent(2001) où il donnait le premier rôle aux deux plus délirants protagonistes de son univers, Smith ressenti le besoin de raconter une histoire hors de cet environnement familier et décalé avec le touchant Père et fille (2004). Clerks 2 sera un beau chant du cygne à ce qui définissait jusque-là le réalisateur qui resterait tout de même proche de ce qu’il savait faire avec la comédie Zack et Miri font un porno (2008). Les années 2000 furent marquées par l’émergence d’une nouvelle génération de la comédie américaine grandement influencée par Kevin Smith et qui sans approcher son talent (le surestimé Judd Apatow) fit des triomphe au box-office comme il n’aurait jamais pu en espérer. Kevin Smith tente donc le grand saut avec Top Cops en cherchant à montrer qu’il peut réussir une commande et conserver sa singularité dans un film qu’il n’a pas écrit, une première pour lui.

La formule gagnante du buddy movie, c'était l'action pétaradante (voire décérébrée pour les tentatives récentes à la Bad Boys) et les dialogues qui claquent envoyés par un duo charismatique et complémentaire. L'action, cela n'a jamais été le point fort de Kevin Smith (Dogma peinait grandement dans son final spectaculaire) et ici rien à se mettre sous la dent, l’ensemble ne dépassant pas l’envergure d’une série policière de routine. Restait donc les personnages et les dialogues, mais bien qu'il l'ait probablement remanié Smith ne parvient pas à se réapproprier ce script et donc hormis quelques allusions salaces vaseuses les échanges n'arrache pas même un sourire. 

Si Bruce Willis en pilotage automatique arrive à rester relativement digne, Tracey Morgan s'avère encore plus pénible qu'un Chris Tucker à certains moments. Quand le personnage le plus drôle est incarné par Sean William Scott, cela situe malheureusement les hauteurs peu élevées où s’élève le film. Plutôt qu'un hommage, Top Cops serait donc plutôt un ersatz poussif des buddy movie comme il en pleuvait à l'époque au début des 90’s. Et cela semblait montrer pour la première fois les limites de Kevin Smith bien qu’il semble que son Red State qui devait suivre (et une tentative de film d’horreur) soit bien plus plébiscité.

 Sorti en dvd zone 2 français chez Warner

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire