Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

lundi 17 mai 2010

Miracle au village - The Miracle of Morgan's Creek, Preston Sturges (1944)


Trudy Knockenlocker est la fille du commandant de la garnison locale. Après la fête d'adieu des soldats, lui reviennent de vagues souvenirs d'un soldat auquel elle serait mariée. Pourtant, elle ne se rappelle pas de son nom. Quelques semaines plus tard, elle découvre qu'elle est enceinte... Entre en scène Norval, un camarade de classe. Mis au parfum, lui propose de devenir le père de l'enfant.


Un des très grands film de Sturges, au script incroyablement osé et provocateur mais si vicieusement peaufiné et cadré que la censure n'y trouva rien à redire. L'histoire narre les mésaventures de la jeune Trudy qui suite à une fête d'adieu de soldat trop arrosée se découvre mariée et enceinte sans avoir aucun souvenir du père. Son meilleur ami amoureux d'elle depuis l'enfance entre en scène et décide de l'aider en l'épousant. Mais pour cela il faut trouver le moyen d'annuler le premier mariage, rester discret pour ne pas s'attirer la vindicte morale du village et surtout dissimiler les évènements au très orageux et protecteur père de Trudy génialement joué par William Demarest (habitué du réalisateur).

Une situation anodine aujourd'hui prend des proportions monumentales dans la société américaine moralisatrice des années 50 et sous couvert d'humour Sturges dit pas mal de vérité sur les dysfonctionnement de l'époque. Le poids de l'opprobe populaire et des jugements moraux, les filles mères quasiment livrées à elles mêmes, la goujaterie des militaires se payant du bon temps sur des jeunes filles innocentes (et profitant de la fascination pour l'uniforme en temps de guerre), les thèmes sont vraiment risqué et vindicatif et Sturges par sa science de l'écriture parvient à englober le tout dans du pur divertissement.

Car le film est un de ses plus drôles, personnages loufoques en pagailles, quiproquos infernaux et situations extravagantes sont légion. Les stratagèmes du couple Trudy/Norval pour contourner la loi offre des moments tordants lorsqu'il tentent de se marier sous de faux noms notamment. Eddie Bracken (dans un rôle voisin de Hail the conquering Hero en réformé complexé) est aussi touchant que drôle en brave type amoureux prêt à tout assumer pour sauver l'honneur de sa dulcinée. Betty Hutton dans un rôle potentiellement frivole ou antipathique dégage aussi une belle émotion dans la culpabilité de son personnage, notamment la scène où elle ne peut se résoudre à piéger Norval pour qu'il l'épouse et lui avoue tout.

Les seconds rôle sont toujours aussi truculents chez Sturges et en plus de William Demarest Diane Lynne (un peu mûre pour les 14 ans de son perso) en petite soeur espiègle à la langue bien pendue est tout aussi adorable. La conclusion est un tour de force exceptionnel dans la manière de décanter une situation inextricable (digne de ce qu'il avait déjà osé à la fin de The Palm Beach Storyà la chute tout aussi abracadabrante Sturges étant fortement inspiré par le conte) et offre des ultimes gags fabuleux ou sans trop en dévoiler il est question de la nature très particulière de l'accouchement de Betty Hudson (qui justifie le titre).

Et pour les fans de Sturges c'est l'occasion de revoir Brian Donlevy et Akim Tamiroff qui reprennent leur rôle de The Great McGinty (premier film de Sturges 4 ans plus tôt) en ouverture et en conclusion de façon géniale. Si vous pensez avoir fait le tour de la grande comédie américaine de l'âge d'or avec Wilder, Lubitsch ou Hawks vous allez trouvez votre bonheur avec Preston Sturges (bientôt d'autres titres traités en ces pages).

Disponible en dvd zone 1 doté de sous titres anglais chez Paramount


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire