Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

samedi 5 septembre 2020

Yuki, le secret de la montagne magique - Yuki, Tadashi Imai (1981)


Petite fille de noble ascendance, Yuki vit au Ciel avec ses grands-parents, qui veillent sur la Terre. L’année de ses 13 ans, elle est envoyée chez les humains pour faire revenir la paix. Si elle réussit, elle pourra revenir au Ciel, auprès des siens. Si elle échoue, elle se transformera en un vent glacial. Confrontée aux tourments des habitants d'un village du Japon féodal, elle découvre que le Démon de la Montagne est la cause de tous leurs maux. Elle part à sa recherche pour libérer les villageois…


Yuki, le secret de la montagne magique est une vraie rareté de l’animation japonaise, produite conjointement par Mushi Production (le studio d’Osamu Tezuka) et la Nikkatsu. C’est le seul film d’animation de son réalisateur Tadashi Imai, véritable vétéran de l’industrie cinématographique japonaise. Cette incursion en terrain inconnu n’en reste pas moins marquée de sa personnalité. Ses films les plus reconnus reflètent ses penchants humanistes et son engagement marxiste comme Nous sommes vivants (1951) produit en indépendant et sorte de variation japonaise au néoréalisme italien. On trouve cette préoccupation pour les opprimés dans Ombres en plein jour (1956) au cadre contemporain, mais aussi dans Contes cruels du Bushido (1963), description rigoureuse du Japon féodal récompensée d’un Ours d’or à Berlin.

Yuki constitue une forme de synthèse de tout cela, mais agrémenté d’éléments fantastiques et calibré (dans le bon sens du terme) pour un jeune public. L’histoire se déroule donc dans un Japon féodal à feu et à sang, et plus particulièrement pour les démunis que sont les paysans. Ils sont exposés à la cruauté des pillards, la violence des samouraïs et à la cupidité des seigneurs réclamant leur dîmes. Le récit est fidèle à la hiérarchie féodale japonaise qu’il rend limpide en nous la faisant découvrir au fil des injustices observées. Cela se fait à travers le regard de Yuki, jeune fille d’ascendance divine chargée d’apaiser les souffrances des villageois en un an. Imai mélange imagerie chrétienne, shintoïste et conte traditionnel japonais. Lavsa vision des cieux,  la stature du grand-père (dont le visage arbore un certain cliché imposant/bienveillant de Dieu chrétien monothéiste) et un postulat évoquant en loin celui du Conte de la princesse Kaguya - adapté récemment par Isao Takahata - participent de l’esthétisme et de la tonalité de ce mélange.

On devine l’expérience de cinéma traditionnel d’Imai dans l’art de tirer le meilleur de ce passif et des possibilités de l’animation. On sent une volonté de rigueur dans la description de la vie rurale de l’époque, mais le tout dans une stylisation où s’entremêlent une forme d’épure et de ligne claire du décor en estampe avec l’allure plus arrondie et cartoonesque des personnages. Cela sert un environnement tangible où peut s’inviter le merveilleux par les apparitions du cheval blanc Fubuki, et une forme de légèreté avec la troupe de jeunes mendiants à laquelle va se lier Yuki. L’héroïne a pour rôle de faire prendre conscience aux paysans de leur importance dans la chaîne de pouvoir, et par conséquent de s’opposer aux dominants. 

Le fait d’observer comme le courage d’une adolescente pétrifie toutes les formes de mal va donc enhardir la communauté. Imai déploie une mystique et un onirisme croissant pour magnifier les prodiges de Yuki. Il y a une vraie différence entre la violence des différents oppresseurs sur laquelle on s’attarde crûment, celle nécessaire des paysans adoucie par des artifices formels (plan crayonnés, panoramique sur décor fixe) et l’aura pacifiste mais déterminée de Yuki. Le réalisateur façonne de véritables parenthèses oniriques au cœur des batailles où la bande-originale magnifie l’héroïne par sa dimension épique et naïve, notamment par l’usage des chœurs qui vient rappeler sa candeur juvénile.

L’un des beaux messages du film est que le mal est partout, tant chez ceux qui nous  tourmentent que dans nos cœurs. On peut apprendre à le dompter ou y céder, et c’est fort logiquement (dans cette veine de conte) que ce mal comme cette innocence se personnifie de façon littérale. Les jeunes compagnons de Yuki, pas encore souillés par la vie représentent cette dévotion. Le mal ordinaire qui ronge chacun existe quant à lui sous la forme explicite d’un démon. C’est en acceptant de recevoir ce mal (on retrouve ce mélange où la chrétienté sacrificielle côtoie le pacifisme shintoïste, le père d’Imai était d’ailleurs moine bouddhique) que Yuki triomphe dans une somptueuse conclusion. Le film anticipe nombre d’idées visuelles et thématiques des productions Ghibli. L’héroïne messianique et l’apparition finale du démon annoncent entre autre Nausicaa (1985). Une belle réussite méconnue à découvrir. 

En salle le 9 septembre

Aucun commentaire:

Publier un commentaire