Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

jeudi 21 novembre 2019

Vivre et chanter - Huo zhe chang zhe, Johnny Ma (2019)


Zhao Li dirige une troupe d’opéra traditionnel Sichuan qui vit et joue ensemble dans la banlieue de Chengdu. Quand elle reçoit un avis de démolition pour son théâtre, Zhao Li le cache aux autres membres de la compagnie et décide de se battre pour trouver un nouveau lieu, où ils pourront tous continuer de vivre et chanter. S’engage alors une lutte pour la survie de leur art.

La galopante ascension économique de la Chine contemporaine questionne à divers degrés la place des traditions culturelles ancestrales dans cette modernité. Vivre et chanter aborde le sujet à travers l’opéra Sichuan, versant artistique populaire par sa dimension ludique mêlant comique et acrobatie. A l’origine du film, on trouve un documentaire diffusé à la télévision chinoise en 2006 et qui narrait l’expulsion d’une troupe d’opéra Sichuan de leur quartier situé dans la banlieue de Chengdu. Cette œuvre va profondément toucher la productrice Jing Wang, elle-même fille de comédiens, et la décider à en faire une fiction afin de diffuser cette histoire au plus grand nombre. 

Lorsque le réalisateur Johnny Ma s’engagera sur le projet, la force du documentaire initial le frappe tout autant et il décidera d’y coller au plus près sur de nombreux aspects. Il choisit de faire jouer la vraie troupe dans son film et de tourner à l’ancien emplacement du théâtre reconstruit dans le quartier aujourd’hui à l’abandon. Si faire rejouer leur propre histoire aux intéressés n’est pas toujours gage de réussite (Clint Eastwood pourra en témoigner), l’approche de Johnny Ma est plus subtile que la simple reconstitution. Une longue préparation en amont avec la troupe a été menée pour conserver leur naturel face à la caméra et des représentations gratuites pour la population du quartier leur ont permis de revivre les ambiances d’antan.

Dès lors, la caméra de Johnny Ma arpente avec une grande vérité le quotidien de la troupe, entre spectacles (l’ouverture se fait sur Les Amants Papillons, connu chez nous grâce à The Lovers de Tsui Hark), joyeuses camaraderies et petites disputes. Le bruit des bulldozers détruisant les demeures alentours fait pourtant planer la menace de la fermeture imminente du théâtre. La patronne Zhao Li affronte ainsi le désintérêt des autorités pour cette tradition, celle de la population où les vieillards sont les spectateurs les plus fidèles, et celle de sa troupe lassée par une existence précaire et des gains de plus en plus minces. Tout cela se concentre dans le personnage de la nièce Dan Dan, jeune femme attachée au théâtre mais rêvant d’ailleurs même s’il est artificiel. La tradition semble souillée par la logique économique tentatrice qui la détourne à travers des éléments du Sichuan recyclés dans la distraction des clients de restaurants. C’est un art désuet qui semble ne plus avoir sa place sous sa forme classique dans cette Chine moderne qui oublie si vite.

Johnny Ma apporte la vraie touche de fiction par les éléments surréalistes qu’il insère dans l’histoire. Les apparitions étranges d’un vieillard en costume traditionnel révèlent à Zhao Li les faiblesses de son entourage mais inscrivent aussi cette magie disparue dans la réalité. Le réalisateur définit la passion de ces personnages pour le Sichuan dans une vérité inspirée du documentaire original, où la passion de jouer persiste malgré le dénuement ambiant – le poignant discours de Zhao Li lors de la représentation de la dernière chance.

D’un autre côté s’illustre la nature mythologique des grands classiques populaires joués et la manière dont les artistes la ressentent quand ils jouent. Les barrières du réel s’estompent alors pour nous émerveiller dans un pur ballet sensoriel, bariolé et psychanalytique. La magnifique dernière scène va encore plus loin en faisant surgir ces éléments magiques dans l’urbanité sinistrée, l’absence des murs étant transcendée par le plaisir éternel de chanter, danser et s’émerveiller de cette culture populaire.

En salle 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire