Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

jeudi 9 mai 2019

Angel Terminators 2 - Huo zhong, Chan Lau et Tony Liu (1993)


Sibelle (Sibelle Hu) et Bao (Jason Pai) forment un tandem de policiers extrêmement efficace. La fille de Bao, Bullet (Yukari Oshima), sort de prison mais refuse de lui parler. Elle préfère rejoindre ses amis dont Chitty (Moon Lee). Ce petit groupe va alors voler les bijoux d’un jeune boss de triades complètement déjanté, qui décide de se venger.

Ce Angel Terminators 2 sort un an après l’explosif premier volet avec lequel il n’entretient aucun rapport si ce n’est de s’inscrire également dans le sous-genre du Girls with guns. Une pratique habituelle du cinéma d’exploitation hongkongais qu’on aussi dans la série des Le Sens du devoir aux liens très ténus entre les films. Si Angel Terminators avait été l’occasion pour des actrices de kung fu de rattraper le train du Girls with guns, ce second film est au contraire le baroud d’honneur de figures emblématiques du genre désormais à bout de souffle. Moon Lee et Yukari Oshima forment ainsi un duo récurrent du Girls with guns, constitué dans un de ses films fondateurs avec Angel (1988). Le réalisateur Tony Liu après des débuts dans le wu xia pian au sein d la Shaw Brothers va également devenir un spécialiste et stakhanoviste de ce sous-genre du polar hongkongais.

On est dans un premier temps un peu décontenancé par le côté décousu de la narration, loin de la tension permanente du premier film. Le fil rouge repose en effet moins sur la trame que sur les personnages avec une thématique sur le conflit des générations. Bullet (Yukari Oshima) est une jeune femme fraîchement sortie de prison et en conflit avec son père Bao (Jason Pai). Tous les jeunes protagonistes du film entretiennent un rapport complexe à leurs aîné, que ce soit le jeune chef de triade méprisant son oncle ou Carrie (Moon Lee) mentant à son oncle sur ses études qu’elle a arrêtée.

On suit donc en parallèle l’errance joyeuse mais de plus en plus périlleuse de Bullet, Carrie et leur groupe d’amis avec l’enquête policière que mènent Bao et sa collègue dure à cuire Sibelle Hu sur le chef de triade. L’opposition des deux jeunes filles aux différentes manifestations de machisme primaire trouve son écho dans celle des flics face aux hommes de pouvoir corrompus et intouchable. Une suite de circonstance finit par relier habilement ces deux lignes narratives dans une logique implacable. 

L’oisiveté délinquante aura donc ses conséquences dramatiques. Le récit est moins tenu que le précédent film mais Tony Liu prend le temps de développer ses personnages et n’en rendra que plus fort la tournure plus sombre du récit. Niveau action le duo Moon Lee/Yukari Oshima se montre efficace mais le film en reste aux simples combats martiaux et l’on n’a jamais vraiment les moments de suspension kamikaze ou douloureusement brutaux des affrontements et cascades du premier volet. Les actrices ont pourtant une de vraies compétences et une présence charismatique, notamment Moon Lee dont la formation de danseuse se ressent souvent dans la célérité et la souplesse de mouvement. 

Il y a quelques rendez-manqués malheureusement comme cette course-poursuite dans un centre commercial qui tente de refaire sans génie la mythique conclusion du Police Story (1985) de Jackie Chan. C’est vraiment la noirceur de l’histoire et le destin cruel de certains protagonistes qui maintient l’intérêt plus que la virtuosité filmique. Néanmoins le climax final nous récompense avec une nervosité accrue et quelques moments spectaculaires, mais rien qui n’égale la hargne de l’épisode précédent. Reste donc un film d’exploitation emblématique de son époque et qui reste toujours plaisant à regarder. 

Sorti en bluray et dvd zone 2 français chez Spectrum Films 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire