Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

jeudi 2 mai 2019

L'Aiguille - Igla, Rashid Nugmanov (1989)


Moro (Victor Tsoï) revient à Alma Ata, sa bourgade kazakhe natale. Sans emploi ni domicile fixes, il constate le climat de déperdition de la région. Il a maille à partir avec un voyou local, Spartak (Alexandre Bachirov), à qui il réclame de l’argent dû. Il y retrouve également Dina (Marina Smirnova), son ex-petite amie, désormais morphinomane, sous l’emprise d’un dealer appelé le « Docteur » (Piotr Mamonov). Moro prend la fuite avec elle vers le désert de la Mer d’Aral.

L’Aiguille est l’œuvre culte par excellence de ce que l’on a appellé la Nouvelle Vague kazakhe à la fin des années 80. Le mouvement trouve sa source dans l’initiative du cinéaste russe de regrouper différents étudiants kazakhes au sein du VGIK de Moscou. Parmi eux se distingue Rachid Nougmanov, passionné par la scène rock soviétique de l’époque qu’il immortalisera dans le court-métrage Yahha. Il y mettra en lumière Victor Tsoï, véritable star underground de cette scène musicale et, fasciné par son charisme lui promet de lui donner un rôle à sa mesure dans un projet futur. L’occasion se présente quelque temps plus tard lorsque le gouvernement kazakh commande un long-métrage préventif contre les méfaits de la drogue. Rachid Nougmanov parvenu à être embauché en tant que réalisateur va vampiriser le projet notamment par le choix de Victor Tsoï dans le rôle principal.

 L’Aiguille est donc un objet singulier et tout à la gloire de la présence magnétique de Victor Tsoï. Celui-ci interprète Moro, un jeune homme de retour dans sa ville natale. Les retrouvailles se font difficiles entre son ami Spartak (Alexandre Bachirov) dans l’incapacité de lui rembourser une dette, et son ancienne petite amie Dina (Marina Smirnova) devenue junkie sous la coupe d’un infâme dealer. Nugmanov fait de Victor Tsoï une figure de redresseur de tort indestructible et fantasmé, surgissant du fond cadre dans une ruelle déserte pour disparaitre selon un motif formel similaire dans la scène finale. C’est très clairement une figure mystérieuse de western, sans passé si ce n’est le souvenir de ses anciens acolytes et qui vient bousculer l’ordre établi. Ce n’est pas un hasard si Nugmanov glisse un bref extrait du NewYork 1997 de John Carpenter (1981) passant à la télévision. Le réalisateur s’inscrit dans une même démarche néo westernienne que Carpenter et entoure Moro de la même aura taciturne et détachée face à leur environnement sinistre où ils font figure de poil à gratter.

Nugmanov se distingue cependant par la patine profondément arty de son approche, sous influence de l’approche distanciée d’un Jean-Luc Godard. La voix-off décalée, la bande-son de new wave russe au texte impliquant où détachant le spectateur des évènements apportent ainsi une dimension rêvée aux exploits limite improbables de Moro comme ce combat sur fond de bruitage de films d’arts martiaux. Il est une solution fantasmée au cadre sordide où il impose sa silhouette longiligne vêtu d’un blouson noir. Ceux qui la refuse sombre dans la folie de leur condition comme Spartak et ceux qui l’accepte y trouve une miraculeuse échappatoire avec Mina. 

La dernière scène appuie particulièrement cette idée et, comme dans tout grand western classique, préfère imprimer le mythe en observant le poor lonesome cowboy kazakh s’éloigner lentement. Le film sera un succès commercial inattendu au Kazakhstan et contribuera à entretenir le culte d’un Victor Tsoï prématurément disparu dans un accident de voiture l’année suivant la sortie. Une fascination qui se poursuit d’ailleurs dans le magnifique Leto de Kirill Serebrennikov sorti l’an dernier.

Sorti en dvd zone 2 français chez Badlands

Aucun commentaire:

Publier un commentaire