Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

jeudi 6 juin 2019

Géographie zombie, Les ruines du capitalisme - Manouk Borzakian


Le zombie s’est imposé actuellement comme la figure majeure du fantastique, devant d’autres plus traditionnelles comme le vampire. Cela tient au fait que le zombie entre en connexion profonde avec les problématiques sociétales et politiques contemporaines, qu’il s’affirme comme un reflet des angoisses des sociétés moderne. Manouk Borzakian, géographe de profession, aborde ainsi le zombie sous cet angle original qui servira une réflexion passionnante.

L’auteur part d’une base filmique riche (les films de George Romero, les séries B plus méconnues, les séries à succès comme The Walking Dead) à laquelle il greffera les thèses d’anthropologues, intellectuels et théoriciens du cinéma pour développer son propos. La notion d’espace est essentielle dans les fictions mettant en scène le zombie. Ce dernier est au départ synonyme de mystère, curiosité et menace lointaine dans son interprétation initiale rattachée au folklore haïtien vaudou, notamment dans le fondateur et bien nommé Vaudou de Jacques Tourneur (1943). Le zombie en reste donc une figure exotique que l’on vient scruter dans ces contrées éloignées avant de retrouver la sécurité de notre civilisation occidentale. Tout change avec La Nuit des mort-vivants de George Romero (1968), aboutissement d’une tendance voyant le mal comme interne et contagieux dans le monde moderne avec des œuvres de SF paranoïaques comme L’Invasion des profanateurs de sépultures de Don Siegel (1956) ou Le Village des damnés de Wolf Rilla (1960).

Manouk Borzakian explique ainsi comment le zombie bouleverse la perception géographique et l’inscription dans l’espace de l’individu. La classique option de l’enfermement et de l’isolation est un reflet de la peur et du rejet de l’autre qu’incarne le zombie, sa nature contaminatrice (qui effacerait notre humanité) étant une métaphore d’un protectionnisme racial et affirmation de la théorie du grand remplacement des milieux d’extrêmes droite ou de la politique d’un Donald Trump. Ces lieux clos sont des endroits où survivre plutôt que vivre, où l’on reproduit artificiellement les schémas sociaux et consumériste d’un monde déchu (Zombie (1978) et Le Territoire des morts (2005) de George Romero). Pour George Romero le zombie demeure ainsi une entité humaine qu’il faut comprendre et avec laquelle on doit composer (Le Jour des morts-vivants (1985) alors que le climat actuel en fait une entité collective anonyme et monstrueuse destiné à nous submerger dans une des scènes les plus spectaculaires de World War Z de Marc Foster (1983).

L’auteur scrute alors les autres voies de survie où le nomadisme hésite entre la misanthropie, la loi du plus fort ou l’utopie de la découverte d’un espace plus clément comme moteur pour avancer. Un judicieux comparatif avec le western montre ainsi les espaces sauvages se restreindre avec l’avancée de la civilisation et la notion de frontière alors qu’à l’inverse elle s’estompe avec l’invasion des zombies et le retour à la nature des environnements urbains. Manouk Borzakian exprime une vraie conscience de gauche en faisant des films de zombies une métaphore exacerbée de nos modes de pensée phagocytée par un capitalisme inhumain. L’enjeu dans la fiction zombie comme dans la réalité sera donc de savoir si l’avenir reposera sur un égoïsme ordinaire rejetant encore et toujours ce qui est différent, ou si l’on apprendra à cohabiter avec l’Autre, le zombie qui n’est qu’une autre forme d’humanité. Vaste réflexion parfaitement menée par Manouk Borzakian dans cet ouvrage captivant. 

Edité chez Playlist Society

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire