Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

mardi 4 août 2020

La porte s'ouvre - No Way Out, Joseph L. Mankiewicz (1950)


Dans une ville américaine non identifiée, Luther Brooks, qui vient de décrocher son diplôme de docteur, tente de soigner deux frères malfrats dans l'hôpital de la prison du comté. Brooks est le premier médecin afro-américain à être nommé dans cet établissement. L'un des deux frères meurt ; l'autre accuse immédiatement Brooks de l'avoir tué, l'injuriant à coup de propos racistes.

No Way Out participe avec On murmure dans la ville sorti l’année suivante, à l’expression d’une démarche progressiste pour Mankiewicz. Si On murmure dans la ville sera une métaphore du Maccarthysme sévissant alors, No way out aborde la question toujours sensible du racisme. Le contexte du récit montre justement le constat progressiste d’un jeune homme noir, Luther Brooks (Sidney Poitier), qui au prix de bien des sacrifices a obtenu son diplôme de docteur et est apprécié et respecté au sein de l’hôpital o il officie. La scène d’ouverture montre d’ailleurs le cocon que constitue cet espace de l’hôpital lors de l’arrivée de Luther où il salue amicalement tous le personnel pour l’essentiel blanc qui lui répond chaleureusement en retour. Il est membre à part entière de ce lieu où la compétence surmonte toute notion de race, mais va se confronter à travers de dangereux malades à la haine aveugle du monde extérieur.

Le criminel Ray Biddle (Richard Widmark) est un bloc de haine qui vomit Luther pour sa couleur, mais surtout qu’il ait réussit à atteindre ce statut malgré sa couleur alors que lui est resté dans sa fange. Au premier abord outrancière, la remarquable prestation de Richard Widmark laisse deviner ce mélange de haine et de jalousie qui trahit finalement une profonde détresse. Ce refus d’autopsie pour prouver la fiabilité du diagnostic de Brooks ne révèle pas un doute des institutions, mais une peur et une confirmation une ce « nègre » le surpasse en tout point. Sidney Poitier est excellent également pour subtilement évoquer cette aspiration vertueuse, ce sacerdoce mise à mal par le manque de confiance du personnage et ébranlée par l’aveuglement raciste de ses patients blancs (le moment où la mère d’un malade lui crache à la figure est particulièrement intense).

Le personnage du Docteur Wharton (Stephen McNally) préfigure un peu la malice en moins le Cary Grant de On murmure dans la ville, tout en bienveillance. Mais c’est définitivement avec les tempéraments vacillants que la direction d’acteur de Mankiewicz brille, notamment Linda Darnell, démonstration d’un conditionnement de classe et de lieu qui peut être transcendé. Son cheminement est le plus captivant du récit. Un des aspects intéressants et peu vu jusque-là dans le cinéma hollywoodien, c’est la dimension de poudrière raciale et urbaine régissant la société américaine. 

Les expéditions punitives tragiques des blancs sont évoquées, ainsi que la rancœur des noirs qui désormais anticipent et se rebiffent face à l’agression lors d’une scène de simili guérilla urbaine où Mankiewicz. C’est haine des blanc est montrée dans toute sa nature grossière, stupide et outrancière alors que celle vengeresse des noirs les voit filmés dans l’ombre, spectres nocturnes réclamant justice. La montée en puissance de ces moments intéresse plus Mankiewicz que l’affrontement en lui-même qui passe par une ellipse. La violence du groupe n’a certes pas les mêmes raisons ni le même visage, mais s’avère tout aussi vaine dans les deux cas.

La confrontation finale entre Richard Widmark, Sidney Poitier et Darnell est bien plus subtile. Le plus enragé révèle sa faiblesse, le plus légitime à cette haine la surmonte pour retrouver la hauteur bienveillante de sa vocation, et la plus tiraillée choisis enfin le camp de l’espoir et de la bonté. Mankiewicz inscrit cela dans un pur moment de suspense où cependant le passage de l’ombre à la lumière fige les personnages dans leurs certitudes comme leurs failles. Une œuvre remarquable et malheureusement encore bien d’actualité dans les Etats-Unis d’aujourd’hui.

Sorti en dvd zone 2 français chez Fox 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire