Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

lundi 18 janvier 2021

Full alert - Go do gaai bei, Ringo Lam (1997)

Mak Kwan, est arrêté par la police en pleine nuit à son domicile. Accusé du meurtre d'un architecte, il avoue très vite son crime. L'inspecteur Pao acquiert bien vite la conviction que le crime n'est que la première étape d'un audacieux cambriolage. Les deux hommes vont alors s'affronter dans une guerre autant physique que psychologique...

Full Alert signe les derniers feux d’une certaine idée du cinéma de Hong Kong, puisqu’il s’agit de l’ultime polar, genre emblématique de la péninsule, sorti en salle avant la rétrocession à la Chine. On doit le film à Ringo Lam, réalisateur à qui l’on doit les polars les plus âpres et vindicatif de Hong Kong avec sa trilogie des « on fire » (City on fire (1987), Prison on Fire (1987) et School on fire (1988)) ou Full Contact (1993). En 1997, Ringo Lam effectue le chemin inverse de ses prestigieux collègues tentant l’aventure hollywoodienne (mitigée pour Tsui Hark ou Kirk Wong, plutôt réussie par John Woo) puisqu’il revient à Hong Kong après avoir signé Risque Maximum (1996) avec Jean-Claude Van Damme. S’il n’est pas le film le plus explicitement engagé de Ringo Lam, Full Alert par sa tonalité sombre et son atmosphère témoigne de l’attente angoissée que fait régner à Hong Kong cette rétrocession imminente. 

C’est le Heat (1995) de Michael Mann qui inspire à Ringo Lam le postulat de son film avec une même dualité et jeu du chat et la souris entre flic et malfrat. Le réalisateur s’écarte cependant de la veine épique de Mann, tout comme de celle opératique du polar de Hong Kong popularisé par John Woo. Ringo Lam revient en fait à une noirceur qu’il avait adoucie par souci commercial dans ses dernières productions hongkongaise, mais que le contexte et son humeur justifie. L’inspecteur Pao (Lau Ching-wan) en arrêtant pour meurtre Mak Kwan (Francis Ng) découvre le crime à plus grande échelle que ce dernier envisageait, un cambriolage. Une urgence narrative s’instaure ainsi dans le récit pour Pao qui doit découvrir quel est la cible de ce futur cambriolage, mais aussi pour Mak Kwan qui veut s’évader afin de réaliser son projet, et également pour ses complices pour lesquels sa présence est indispensable.

Concrètement les complices pourraient patienter et trouver un nouvel acolyte spécialiste en explosif pour Mak Kwan, ce dernier reporter son plan et Pao prendre plus de temps pour investiguer. Mais à l’urgence concrète s’en ajoute une plus latente, plus existentielle, comme s’il était impératif pour les personnages d’atteindre leurs objectifs avant cette rétrocession qui signifierait la fin du monde tel qu’ils l’ont connu. Le film l’exprime parfois de manière explicite (un dialogue souligne la volonté d’avoir un cadre sécurisé avant l’arrivée de la Chine) mais surtout implicite, notamment par le fait que les complices de Mak Kwan soient taïwanais, soit un pays entretenant aussi un rapport complexe au pouvoir Chinois.

La détermination e Mak Kwan et Pao les entraînent vers des extrémités qui en font des êtres profondément torturés par leurs actes. Le meurtre inaugural de l’architecte hante ainsi Mak Kwan sous son intelligence sans failles, tandis que Pao se laisse déborder par une violence et une impatience qui ne sied pas à sa fonction. Dès lors le filmage de l’action par Ringo Lam se montre en adéquation avec cette tonalité délétère. Les morts sont brutales et douloureuse suivant le leitmotiv du film « tuer n’est pas si facile », Hong Kong grisâtre est filmé sur le vif notamment lors d’une mémorable séquence de poursuite en voiture filmée sans autorisation. Si les personnages sont pressés d’en découdre et en finir, ils craignent aussi le vide qui suivra l’aboutissement de leur quête. Pao et Mak Kwan sont les deux revers d’une même pièce à travers leurs oppositions complémentaires et leur mimétisme. 

A différents moment du film, chacun est en position d’en finir avec l’autre et de prendre le dessus, mais se montre attentiste, comme par une peur de l’après. Cela amène même une étonnante inversion des rôles lors de l’ultime confrontation où Pao le policier à la position du criminel en prenant Mak Kwan en otage et faisant de ce dernier la victime. Le sacrifice mutuel que tout deux feront empêche de désigner un réel vainqueur et rend donc cet « après » flou, tout comme le destin de Hong Kong avant cette rétrocession à la Chine. D’autres films de l’époque traiteront plus explicitement le sujet mais Ringo Lam par le prisme du polar touche à quelque chose d’insaisissable et d’irrationnel quant au contexte d’alors. Ce n’est pas un hasard si Full Alert est son dernier vrai grand film, même s’il restera actif mais plus discret jusqu’à sa disparition en 2018.

Sorti en bluray et dvd zone 2 français chez Spectrum Films

Aucun commentaire:

Publier un commentaire