Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

lundi 11 janvier 2021

Les soucoupes volantes attaquent - Earth vs. the Flying Saucers, Fred F. Sears (1956)


 Surgis des profondeurs de l'espace, les vaisseaux spatiaux d'une civilisation technologiquement avancée apparaissent dans le ciel. Bien que d'abord pacifiques, les visiteurs se transforment vite en envahisseurs, causant des destructions massives sur toute la surface du globe...

Les soucoupes volantes attaquent est la seconde collaboration entre Ray Harryhausen et son producteur emblématique Charles H. Schneer après Le monstre vient de la mer (1955). L’heure n’est pas encore à l’originalité puisque après le récit de monstre géant du film précédant, on surfe ici sur la mode de la science-fiction et l’invasion extraterrestre. La littérature SF, les comics et le cinéma surfe alors sur cette thématique, au premier comme au second degré, guidé par la peur ou l’espoir, dans le film de prestige comme la série B. Harryhausen et Schneer vont offre un condensé plutôt réussi de toutes ses tendances dans leur approche.  Toujours dans son souci de réalisme, Harryhausen ira se renseigner auprès de George Adamski, ufologue controversé mais médiatique qui contribua à populariser l’imagerie de la soucoupe volante dans l’inconscient collectif. Harryhausen s’inspire de ses descriptions pour concevoir ses ovnis. 

L’intrigue est convenue mais un peu plus prenante que celle de Le monstre vient de la mer. Cela tient au mystère que parvient à distiller l’intrigue autour des extraterrestres. Cela ne concernera pas la réalité de leur existence qui sera rapidement avérée mais plutôt leurs intentions.  Les premières apparitions tiennent autant de l’observation avec les soucoupes volantes survolant les paysages terrestres, de la tentative de prise de contact mais aussi de la démonstration de force avec une spectaculaire scène de destruction. 

L’approche oscille donc entre celles de glorieux opus qui ont précédés comme Le Jour où la terre s’arrêta de Robert Wise (1951) ou La Guerre des mondes de Byron Haskins (1953) en travaillant la présence « autre » des aliens (superbe et inquiétante scène où il descendent de leur vaisseau), mais aussi leur puissance, que ce soit dans leur arsenal destructeur ou une forme d’omniscience par rapport au genre humain. Les sempiternelles scènes de tergiversations militaires ne traînent pas trop et mettent plutôt en avant la curiosité du savant joué par Hugh Marlowe. La forme de tyrannie « pacifique » que cherchent à imposer les extraterrestres amène cet entre-deux intéressant où ils cherchent à assujettir mais pas bêtement détruire la terre qui ne constituerait plus dès lors un nouveau foyer pour eux. Ce côté préventif mais menaçant s’inscrit aussi dans les contacts directs.

Ray Harryhausen donne un design plus sophistiqué et vraiment fonctionnel aux soucoupes volantes avec ses parties hautes et basses effectuant une rotation inversée. L’animation métronomique illustre parfait le processus tandis que leur manière de voler traduit parfaitement cette technologie différente de ce que l’on connaît avec cette manière d’avancer et ces trajectoires inattendues. Les stock-shots de vrais avions de chasse confrontés aux ovnis malgré une incrustation inégale l’expriment bien. La mise en scène sait traduire le gigantisme et la sidération dans une approche dont saura se souvenir un Steven Spielberg dans Rencontre du troisième type (1977) lors de l’apparition d’une soucoupe posée sur une plage. Tous les détails d’apparences si travaillés en amont par Harryhausen trouvent tout leur impact dans lorsque l’objet s’impose dans un pur espace du quotidien. L’épure et le design de l’intérieur du vaisseau alien, leur manière étrange de se mouvoir, participe à ce mystère et joue de cette approche du film entre fascination et menace (cette machine assimilant les souvenirs d’une vie comme une bibliothèque).

L’aspect découverte est donc de loin le plus intéressant mais les codes du genre (tous les personnages sont malheureusement assez stéréotypés et en reste à la peur primaire de l’autre) réclament un affrontement. On perd sur le fond mais la forme est plutôt impressionnante. Les soucoupes volantes à l’assaut des monuments de Washington offrent plusieurs vignettes marquantes où l’on devine grandement l’inspiration de Tim Burton sur son Mars Attack ! (1996). Harryhausen croise brillamment les techniques comme le haut du Capitol détruit en stop-motion tandis que le bas se résume à une photo.  Un autre bâtiment voit ses gravas animé chacun image par image pour un résultat bluffant et finalement seul le visage à découvert des aliens, ou les facultés de leur armes (une simple désintégration de l’autre) décevront tant l’effort sur le visuel est intéressant. Les soucoupes volantes attaquent est donc une vraie belle démo technique dont la réussite formelle transcende le récit fonctionnel. La progression était en marche pour du divertissement plus haut de gamme de la part de Harryhausen et Charles Schneer. 

Sorti en bluray et dvd zone 2 français chez Sidonis

Aucun commentaire:

Publier un commentaire